/news/currentevents

Ensanglantée lors d’une attaque conjugale, sa voisine atterrit sur son balcon

TVA Nouvelles

Mamar Belahall a d’abord entendu des cris provenant de l’appartement d’à côté. Inquiet, car c’était toujours calme chez ses voisins, il a prêté l’oreille. Puis, un fracas, suivi d’une vision que le Lavallois n’est pas près d’oublier.

À LIRE AUSSI

Deux querelles conjugales suivies de deux incendies au même endroit

Sa voisine ensanglantée venait d’atterrir sur son balcon du 3e étage en tentant le tout pour le tout afin d’échapper à son agresseur qui serait son conjoint.

«Elle a sauté sur mon balcon. Elle avait le visage en sang. Ma famille criait en plus à l’intérieur. Je ne pouvais pas la laisser dehors. Je l’ai fait entrer et j’ai refermé, car j’ai eu peur qu’il (son voisin) entre», a raconté Mamar Belahall à notre journaliste Marie-Anne Lapierre.

La scène s’est déroulée hier soir dans un immeuble de 16 logements à l’angle de la 62e Avenue et du boulevard Cartier Ouest à Laval. La femme a des lacérations au visage et un poignet fracturé confirme le Service de police de la Ville de Laval. Elle doit d’ailleurs subir une opération.

«Elle m’a dit: "Il veut me tuer." J’ai été obligé de la protéger. Ma fille parlait déjà avec les secours. Les policiers nous ont dit de rester à la maison, mais deux minutes plus tard, l’incendie s’est déclenché», ajoute M. Belahall

Un incendie a en effet pris naissance dans l’appartement du couple où a éclaté la querelle. Les pompiers ont rapidement maîtrisé le feu.

C’est Mamar Belahall qui a fait descendre la femme blessée du 3e étage afin d’évacuer l’immeuble. «Elle avait des plaies sur la tête et se plaignait de son bras. Elle pouvait marcher, mais à chaque fois, elle tombait dans les vapes», soutient le bon Samaritain qui tout comme sa femme a déjà été infirmier.

Ce dernier ne comprend toujours pas ce qui s’est passé hier soir chez ses voisins des huit derniers mois. «Ils sont calmes et vraiment gentils. On ne sait pas ce qui s’est passé», laisse-t-il tomber.

En janvier 2007, il y avait également eu dans le même immeuble un incendie lié à un cas de violence conjugale.

Vous avez besoin d'aide

Si vous avez besoins d’aide ou de conseils, contactez SOS Violence conjugale, 24 heures sur 24/7 jours sur 7, au 1 800 363-9010. Le service confidentiel est gratuit.