/finance/homepage

En Ontario, on s’assure d’avoir des trains assemblés dans la province

Sylvain Larocque - Le Journal de Montréal

COURTOISIE, ALSTOM

Contrairement au Québec, l’Ontario s’assure que ses trains soient systématiquement assemblés dans la province et contribuent au développement économique de ses régions.

Bombardier a construit la quasi-totalité des trains de voyageurs qui roulent en Ontario, que ce soit à son usine de Thunder Bay ou à celle de Kingston. On pense aux voitures du métro de Toronto, aux célèbres tramways de la Ville reine ou aux trains de banlieue GO Transit.

Pour son nouveau train léger, Ottawa a opté pour Alstom, mais en exigeant que le géant français assemble les véhicules sur place.

Dans la région de Toronto, l’organisme gouvernemental Metrolinx a voulu exprimer son mécontentement face aux retards répétés de Bombardier. En 2017, il a octroyé un premier contrat de plus de 500 millions $ à Alstom. Pour produire les 61 voitures de train léger, l’entreprise s’est dotée d’une nouvelle usine à Brampton, en banlieue de Toronto, créant une centaine d’emplois.

« Les garanties de contenu local ont un coût, comme n’importe quoi », note Matti Siemiatycki, professeur à l’Université de Toronto.

Plus cher

L’Ontario paie effectivement plutôt cher pour ses trains. Ainsi, Metrolinx et la Ville d’Ottawa versent environ 8 millions $ à Alstom pour chacune de leurs voitures de train léger.

C’est deux fois plus que le coût unitaire des plus récentes voitures du SkyTrain de Vancouver, qui sont notamment assemblées par Bombardier à Plattsburgh, dans l’État de New York.

Au Québec, Bombardier a perdu son monopole en 2017 lorsque l’ancienne Agence métropolitaine de transport (AMT) a choisi la société d’État chinoise CRRC pour des trains de banlieue. Pour ce contrat, on a abaissé l’exigence minimale de contenu local de 25 % à 15 %.

Dans le cas du REM, c’était 0 %. La Caisse de dépôt souhaitait d’abord et avant tout obtenir le « meilleur prix du marché ».

M. Siemiatycki rappelle que le REM s’inspire de la Canada Line, un train léger reliant Vancouver à son aéroport, qui a été développé par la Caisse de dépôt et SNC-Lavalin.

« La Canada Line a bouleversé les pratiques établies en lançant un appel d’offres pour trouver les trains les moins chers », dit-il. Les voitures de la Canada Line ont été construites en Corée du Sud par Hyundai Rotem.

À Sydney, en Australie, la Caisse a contribué financièrement au déploiement d’une ligne de métro qui a été inaugurée en mai. Ses voitures ont été assemblées par Alstom dans la même usine indienne où seront produites celles du REM.

« Les plus récentes données de performance révèlent que les trains fonctionnent avec un taux de fiabilité de 99 % », indique au Journal un porte-parole du métro de Sydney, Stavro Sofios.

Quand Alstom décrie l’achat à l’étranger

La multinationale française Alstom fait des affaires d’or à l’étranger, mais cela ne l’empêche pas de monter aux barricades quand un contrat lui échappe dans l’Hexagone.

En septembre, le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, n’a pas mâché ses mots pour dénoncer l’intention de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) d’accorder un contrat de plus d’un milliard de dollars à son concurrent espagnol CAF pour des trains Intercités.

« Si l’État décidait de commander des trains fabriqués en Espagne, ce serait son choix, mais cela enverrait un message très fort de défiance envers la filière ferroviaire française, qui serait de facto affaiblie », a-t-il lancé au journal La Tribune.

Le mois dernier, la SNCF a confirmé le choix de CAF, en précisant que l’offre du constructeur espagnol « s’est avérée être la meilleure sur les critères de performance technique, de confort, d’innovation et de prix ».

Numéro un du matériel roulant dans le monde en excluant la Chine, Alstom n’a tiré, l’an dernier, que 15 % de ses revenus de la France.

Inde et Pologne

Alstom mise de plus en plus sur l’exportation à partir de pays à coûts plus faibles. En plus de son usine de Sri City, en Inde, elle compte d’importantes installations en Pologne.

Bombardier mise également sur les pays en développement. Ces dernières années, l’entreprise québécoise a exporté en Australie des trains construits en Inde. Elle a aussi fabriqué au Mexique des composants destinés aux nouveaux tramways de Toronto.

L’an dernier, Bombardier a décroché, à Singapour, un important contrat pour des trains qui seront construits en Chine.

Alstom en quelques chiffres

- 36 300 employés dans le monde

 5 200 employés en Amérique dont

- 400 employés au Canada

- 4 sites au Canada dont 2 sites industriels

Chiffre d’affaires dans le monde:

- 11,6 milliards $ CAN dont 2 milliards $ en Amérique

- Carnet de commandes dans le monde:

- 60 milliards $ CAN dont 9 milliards $ en Amérique

Source: Alstom mars 2019

Projets en cours au Canada

Ottawa O-Train Confederation Line

- 72 Citadis Spirit pour le O-Train Ligne de la Confédération et 30 années de maintenance

Citadis Spirit pour Toronto

- 61 Citadis Spirit pour Metrolinx pour la grande région de Toronto et Hamilton.

-Reconstruction de deux autres wagons de luxe de Rocky Mountaineer

Dans la même catégorie