/sports/homepage

«J’espère que ça va être une grande aventure» - Thierry Henry

Agence QMI

C’est un Thierry Henry plein d’espoirs qui a officiellement été présenté comme nouvel entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, lundi matin, dans la métropole québécoise.

«J’espère que ça va être une grande aventure», a indiqué le détenteur d’un contrat de deux ans comprenant une option pour la campagne 2022, lors de son premier commentaire devant les médias montréalais.

«Je pense que tout le monde était au courant que je n’avais pas de job, a-t-il poursuivi. Je suis venu ici en 2011 pour faire un match amical avec ma dernière équipe [Arsenal], et je suis tombé en amour avec cette ville.»

Le septième entraîneur-chef de l’histoire du club en Major League Soccer (MLS) détient un C.V. impressionnant comme joueur lui qui a notamment joué pour le FC Barcelone et Arsenal. Il a également foulé les terrains du circuit Garber avec les Red Bulls de New York de 2010 à 2014.

«J’avais plusieurs critères. Je voulais quelqu’un de motivé, qui aimait cette ville, qui voulait venir et qui apprécie le jeu offensif, a mentionné le directeur sportif Olivier Renard. Ce qu’il n’a pas souligné, c’est qu’il est passé par les jeunes à Arsenal. C’est quelque chose d’important pour moi, la formation des jeunes. L’Académie est un des points que j’ai soulevé quand je suis arrivé à Montréal. [...] «J'ai recruté l'entraîneur et non le joueur. On veut créer une identité footballistique ensemble. Ç’a cliqué rapidement entre Thierry et moi.»

L’échec de Monaco

À la suite de sa carrière de joueur, l’homme qui a maintenant 42 ans a été adjoint avec l'équipe nationale belge de 2016 à 2018, avant d'accepter le poste d'entraîneur-chef de l'AS Monaco en octobre 2018. Il a été congédié quelques mois plus tard en janvier 2019 après 20 parties à la barre de l'équipe. Avec l’équipe française, il a maintenu un décevant dossier de 4-11-5.

«Soit tu gagnes, soit tu apprends et j'ai beaucoup appris, a dit Henry sur sa première expérience comme entraîneur d’un club. La seule erreur que tu peux commettre est de ne pas apprendre. Tu te dois de confronter ce que tu as fait. C’est un excellent processus d’apprentissage et je regarde l’avenir avec positivisme.»

«Je sais que j’ai un vécu, mais ça fait partie du passé, a-t-il également affirmé. Je suis un être humain normal et en tant qu’entraîneur, ça commence. Ce n’est pas mon histoire, mais celle du club qui est plus importante.»

Des changements à venir

Le Français a confirmé qu’il y aurait des ajouts à son personnel d’entraîneurs, mais qu’il ne pouvait évidemment pas encore donner de noms. Il a toutefois tenu à mettre en valeur le travail des membres actuels de l’équipe.

«C’est super important d’avoir quelqu’un comme Wilfried [Nancy], qui connaît tous les joueurs de l’Académie, et Patrice Bernier, c’est l’enfant de la maison. Je l’ai côtoyé sur le terrain et je l’ai affronté. Il peut aider les joueurs québécois comme Samuel Piette et Anthony Jackson-Hamel.»

Pour ce qui est des nouvelles acquisitions sur le terrain, Henry est resté vague, rappelant que ce ne sont pas les équipes avec les plus gros budgets qui l’emportent toujours.

«Est-ce que le visage va changer? En général, une équipe est le reflet de son instructeur. J’aimerais aussi que les joueurs ressentent ce qui se passe dans cette ville. [...] Je pense que ce sera important de bâtir une équipe avec un bon équilibre.»

Dans la même catégorie