/news/politics

Le sénateur Jean-Guy Dagenais quitte le caucus conservateur en réclamant le départ d'Andrew Scheer

Émilie Bergeron

 - Agence QMI

Le sénateur québécois Jean-Guy Dagenais a tourné le dos au caucus conservateur et il espère que cette décision incitera le parti à s’entendre sur des valeurs sociales «plus progressistes».

M. Dagenais, qui a annoncé lundi qu’il se joignait au nouveau groupe de sénateurs indépendants, le Groupe des sénateurs canadiens (GSC), croit qu’il est nécessaire que les conservateurs se positionnent davantage en faveur du mariage de même sexe et du droit des femmes à l’avortement.

Le sénateur a réitéré que le départ du chef conservateur Andrew Scheer est essentiel afin que le Parti conservateur du Canada (PCC) obtienne un meilleur score au prochain scrutin.

«Malgré que le chef ait dit clairement qu’on n’ouvrirait pas le débat sur l’avortement, j’ai l’impression que de prendre deux jours pour donner sa réponse, ça met un doute dans la tête des Québécoises, surtout», a dit le sénateur en entrevue.

M. Dagenais, qui a épaulé plusieurs candidats conservateurs au Québec durant la campagne électorale, dit que plusieurs d’entre eux lui ont confié qu’ils ne pensaient pas se représenter pour le PCC en raison des tergiversations de M. Scheer sur l’avortement.

«Je ne vous cacherai pas que j’ai fait quelques entrevues et j’ai reçu un appel téléphonique du whip des sénateurs conservateurs me disant d’arrêter mes interventions. Il ne s’agissait pas de discréditer M. Scheer, mais d’être lucide et transparent», a dit M. Dagenais.

Ce qui a décidé le sénateur à quitter le caucus conservateur est toutefois la réponse donnée à la grogne par le chef conservateur au terme de la réunion de son caucus national. Ce dernier a annoncé qu’il confiait à l’ex-ministre John Baird le mandat d’effectuer un examen approfondi des bons et moins bons coups de la campagne électorale.

«Ce n’est pas en faisant une tournée pancanadienne et en faisant des réflexions à n’en plus finir – avec l’appui de M. John Baird qui vient de l’Ontario – qu’il va gagner le cœur des Québécois», a tonné M. Dagenais.

Le sénateur, qui conserve néanmoins sa carte de membre du PCC, a par ailleurs laissé entendre que d’autres conservateurs québécois qui ont critiqué à micro fermé M. Scheer devraient parler plus ouvertement.

«Parfois les gens s’expriment sur le couvert de l’anonymat en se disant que s’ils s’[affichent], ils n’auront peut-être pas un poste de président ou vice-président de comité », a-t-il avancé.

Le caucus des conservateurs au Sénat est désormais composé de 24 membres, contre 51 pour le Groupe des sénateurs indépendants et 13 pour le GSC.

Le sénateur conservateur Claude Carignan ne craint pas que l’équipe des sénateurs conservateurs continue de s’amoindrir.

De son côté, le bureau de M. Scheer a qualifié de «décevante» et rapide la décision de M. Dagenais.

«M. Scheer se concentre sur le travail pour lequel les Canadiens l’ont élu : se battre pour les Canadiens, demander des comptes à Justin Trudeau et renforcer le parti pour qu’il soit prêt à se battre aux prochaines élections », a-t-on ajouté.

Dans la même catégorie