/news/society

Moins d'automobilistes accusés pour conduite avec les facultés affaiblies

José Laganière | TVA Nouvelles

stock.adobe.com

Les automobilistes accusés de conduite avec les facultés affaiblies sont de moins en moins nombreux dans les palais de justice de la province, montrent des données du Directeur des poursuites criminelles et pénales obtenues par TVA Nouvelles.

Le nombre d'accusés de conduite avec les facultés affaiblies est passé de 12 893 en 2016 à 11 555 en 2017 et 10 897 en 2018, une diminution de plus de 15 % en 3 ans dans l'ensemble de la province.À Québec, les 1170 accusés de 2018 représentent une diminution de près de 13 % depuis 2016, tandis qu'au palais de justice de Montmagny, on observait plutôt une baisse de 21 % du nombre d'accusés.

Dans la grande région de Québec, c'est en Beauce que la diminution s'avère toutefois la plus marquée.

Le palais de justice de Saint-Joseph a enregistré une chute de plus de 31 % de ce type de comparution entre 2016 et 2018.

La Beauce a connu plus que sa part de tragédies liées à la conduite avec les facultés affaiblies au fil des ans.

Du nombre, Vicky Coulombe a perdu son fils Dereck en 2015 à Saint-Bernard après que sa voiture ait été percutée par un conducteur en état d'ébriété.

«C'est une bonne nouvelle! Je pense que la sensibilisation est davantage présente et les jeunes sont plus alertes à ça aussi», s'est réjouie Mme Coulombe, lorsque mise au fait de ces statistiques.

La soeur de Dereck, aujourd'hui âgée de 18 ans, se fait un devoir d'être un agent de changement dans son milieu contre l'alcool et les drogues au volant.

«Quand je dis à des gens que mon frère est décédé comme ça et que je ne veux pas que ça leur arrive, ils réalisent encore plus qu'ils ne doivent pas conduire en état d'ébriété», a souligné Koryn Coulombe.

La prévention est gagnante

Les campagnes de sensibilisation en cours depuis plusieurs années ont eu leur rôle à jouer, selon la Société de l'assurance automobile du Québec pour qui le combat contre l'alcool et les drogues au volant est toujours une priorité.

«Il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer ces baisses, comme la prévention, mais aussi les lois et les sanctions plus sévères, entre autres», a souligné Mario Vaillancourt porte-parole à la SAAQ.

Parmi les autres villes de la province, on note aussi des diminutions notables du nombre d'accusés de conduite avec les facultés affaiblies à Montréal (-10 %), Sherbrooke (-16 %) et Drummondville (-17 %), ainsi qu'au palais de justice de Chicoutimi (-21,5 %).

Signe qu'il reste cependant encore du travail à faire, la conduite avec les facultés affaiblies est toujours en cause dans 28 % des accidents mortels de la province.