/regional/montreal/laval

Morte dans d’atroces circonstances: «on a volé sa dernière journée»

TVA Nouvelles

Caroline Dupuis a perdu sa mère dans d’atroces circonstances le 6 juin dernier.  Theresa Malo a été transportée à l’urgence de l’hôpital Cité-de-la-Santé à Laval, deux jours après avoir reçu un diagnostic de cancer des os.

À LIRE ÉGALEMENT

Une fin de vie «atroce» à la Cité-de-la-Santé de Laval

La dame en avait pour plusieurs mois à vivre encore, mais elle était souffrante et vomissait du sang.  

Pour alléger ses douleurs, un membre de l’équipe soignante lui a administré un cocktail d’antidouleurs, même si Mme Malo avait déjà un timbre de fentanyl.

 

Cinq minutes plus tard, la septuagénaire est tombée endormie, et ne s’est jamais réveillée.

Selon la fille de Mme Malo, l’hôpital a refusé de garder la patiente, notamment parce qu’il  n’y avait plus de place en soins palliatifs.

On l’a plutôt transférée dans un CHSLD... à bord d’un taxi. Elle est morte au centre d’hébergement quelques heures plus tard.

«Je me réveille toutes les nuits avec ces images-là, raconte sa fille Caroline Dupuis en entrevue avec Mario Dumont. On a volé sa dignité, sa dernière journée.  Je ne comprends pas que personne, qu’aucun humain n’a pas vu que ma mère était dans le coma!», dénonce Mme Dupuis.

«À son entrée à l’hôpital, elle faisait des blagues, elle parlait.  On ne s’attendait pas à sa mort.»

Après plusieurs démarches de son côté, les responsables de l’hôpital Cité-de-la-Santé ont indiqué qu’ils allaient revoir les procédures, mais ce n’est pas suffisant pour Mme Dupuis.

«Je me bats pour tout le monde, mais pour nous aussi, on est censé avoir des humains, pas des procédures.»

Dans la même catégorie