/news/world

Une femme enceinte tuée par plusieurs chiens pendant une promenade en forêt

TVA Nouvelles

Une femme enceinte de six mois a connu une fin horrible lorsqu’elle a été attaquée sauvagement par au moins chien dans une forêt du nord de la France.

Le corps mutilé de la victime, Elisa Pilarski, a été découvert dans la forêt de Retz à Saint-Pierre-Aigle samedi après-midi.

Selon un premier examen du médecin légiste appelé sur les lieux, des morsures de chien seraient à l’origine du décès.

Une autopsie a confirmé mardi les premières conclusions.

«L’autopsie a permis de déterminer que le décès s’était produit entre 13h et 13h30 et avait pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête, certaines morsures étant ante mortem et d’autres post mortem.»

Le quotidien régional, L’Union, rapporte que la victime de 29 ans aurait appelé son conjoint pour lui dire qu’elle était inquiète, car une meute de chiens allait les attaquer.

L’homme a quitté précipitamment son travail pour lui venir en aide. C’est malheureusement lui qui a fait la macabre découverte sur un chemin de la forêt.

Une enquête pour homicide involontaire par agression de chien a été ouverte.

Plusieurs hypothèses sont envisagées par les gendarmes.

L’attaque d’une meute de chiens qui participait à une chasse à courre qui avait lieu dans le secteur au même moment est celle qui revient le plus souvent dans les médias français.

Les enquêteurs n’écartent pas l’attaque d’un ou de plusieurs chiens errants, de même que l’attaque du propre chien de la victime.

«Les investigations se poursuivent pour notamment déterminer l’origine des morsures. Des prélèvements ont été effectués sur 93 chiens, ceux appartenant à la victime ainsi que des chiens ayant participé à une chasse à courre qui était organisée à proximité. Les analyses génétiques et la comparaison des prélèvements auront notamment pour finalité d’identifier le ou les chiens mordeurs», a fait savoir mardi le procureur de Soissons, Frédéric Trinh.