/regional/montreal/montreal

287 000 $ de taxe foncière pour un restaurateur montréalais

Guillaume Cyr | Agence QMI

La rue Sainte-Catherine à Montréal est l’une des artères où la taxe foncière pour le secteur commercial est la plus élevée au Canada, une réalité que connaît bien le propriétaire du restaurant Mister Steer, Jacques Gaspar.

Le restaurateur, propriétaire de l'établissement qui a ouvert ses portes en 1958, doit s'acquitter d'environ 287 000 $ en taxe foncière chaque année, pour son édifice évalué à 7 millions $. Si on fait le calcul, M. Gaspar débourse donc 41 $ en taxe foncière pour chaque tranche de 1000 $ d’évaluation foncière.

Ce montant fait écho à une nouvelle étude du Groupe Altus, qui calcule que les commerçants montréalais paient en moyenne 37,98 $ par 1000 $ d’évaluation et seraient ainsi les plus taxés au pays.

GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

 

«Le problème est incroyablement ridicule. Si ce n’était du fait que je suis ici depuis longtemps, j’aurais de la difficulté à arriver», a confié M. Gaspar, qui en avait visiblement long à dire sur le sujet.

Hausse de taxe

En affaires depuis une soixantaine d'années, M. Gaspar a terminé de payer son hypothèque, mais ses dépenses n’ont jamais été aussi élevées.

La hausse du compte de taxes, qu’il chiffre entre 5 à 7% depuis les cinq dernières années, limite selon lui les nouveaux propriétaires qui souhaitent s’installer sur la rue Sainte-Catherine.

«On peut d’ailleurs voir qu’il y a plusieurs commerces à louer sur la rue Sainte-Catherine, et je connais des commerçants qui ont de la difficulté à arriver. On ne peut pas payer un quart de million en taxe municipale», a-t-il jugé.

M. Gaspar a dit qu’il ne faut pas oublier, en prime, d’ajouter le montant de la taxe scolaire, qui lui coûte 15 000 $ annuellement.

«Je vais finir par payer plus de taxes que la valeur de ma propriété», a-t-il déploré.