/regional/troisrivieres

Les étudiants de Trois-Rivières réclament davantage de sécurité

Patricia Hélie | Agence QMI

À Trois-Rivières, des étudiants se plaignent d'une traverse de piétons qu'ils jugent non-sécuritaire près de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Près de 8000 véhicules par jour circulent sur la rue Sainte-Marguerite, près du pavillon Michel-Sarrazin, mais une simple traverse de piéton assure la sécurité des étudiants.

Laïla Dussault ajuste son horaire en conséquence. «Je pars plus tôt pour éviter le trafic sinon j'arrive en retard», a-t-elle confié.

Tous ont leur anecdote à raconter. «Des fois on est en plein milieu de la voie et la voiture va quand même passer et nous klaxonne», a raconté Virgine Bédard.

Pourtant, la loi est claire. À une traverse piétonnière, si un piéton démontre clairement son intention de traverser, l'automobiliste a l'obligation de s'arrêter.

Comme plusieurs automobilistes l'ignorent, l’étudiante Mei-Lissa Goudreau-Thibaudeau fait circuler une pétition pour que la ville de Trois-Rivières se penche sur la question et améliore la sécurité.