/buzz

Un véritable musée d’Astérix installé dans son sous-sol

Simon Dessureault - Le Journal de Montréal

SIMON DESSUREAULT

Un passionné d’Astérix et Obélix a amassé près de 10 000 items en 20 ans à l’effigie de personnages des aventures du célèbre Gaulois, qui célèbre ses 60 ans cette année.

Une peluche Obélix de presque 100 livres, une borne d’arcade avec un jeu d’Astérix, une figurine en édition limitée de Jules César lors de sa première apparition dans la série, un Obélix mécanique très rare datant de1967 ; voilà une infime partie de l’immense collection de Jonathan Gagné.

Le résident de Saint-Denis-sur-Richelieu, en Montérégie, a commencé à amasser des figurines d’Astérix après en avoir découvert dans les boîtes de son cousin qui venait d’emménager chez lui, il y a une vingtaine d’années.

Produits importés

« J’ai donc commencé à en chercher à gauche et à droite, mais c’était très difficile à trouver parce qu’il s’agit de produits importés », explique l’homme de 42 ans qui travaille dans le domaine de la rénovation.

En plus d’objets de collection plus habituels, comme des éditions spéciales, des figurines, des albums en arabe, en hébreux ou en breton, des objets plus insolites figurent parmi son butin.

On parle par exemple d’une brouette pour aller à la plage, du papier de toilette, du shampoing ou des ustensiles.

« Il y a beaucoup de collectionneurs du Québec qui me connaissent et qui me gardent du stock, explique celui qui fréquente les salons de collectionneurs. Ma collection fait toujours sourire les gens et ils me disent que ça leur rappelle [l’émission] Ciné-Cadeau. »

Ça déborde !

Le passionné a aussi mentionné que beaucoup de Français qui visitent l’hyper populaire parc d’attractions Astérix près de Paris lui rapportent des objets qui y sont vendus.

Mais il ne peut tout entreposer. Comme la collection du papa d’un garçon de 3 ans, qui est trop grande pour qu’il puisse l’exposer.

« J’ai ramassé une quarantaine de présentoirs qu’on a accepté de me donner dans les cinémas, mais je ne suis pas capable de tous les rentrer dans le sous-sol », se désole-t-il. Il a actuellement monté une partie de sa collection dans une pièce de 22 par 16 pieds de son sous-sol.

« J’ai aussi du stock chez ma mère », ajoute-t-il après que Le Journal eut constaté qu’une trentaine de boîtes d’objets de sa collection n’étaient pas encore vidées.

La dernière BD

L’amoureux fou d’Astérix a évidemment lu La fille de Vercingétorix, le 38e et dernier album de la série publié récemment pour souligner le 60e anniversaire des irréductibles Gaulois.

« C’est bien, il est meilleur que les deux derniers avant, soutient celui qui ne compte plus les fois où il a relu tous les albums. Le langage à l’anglaise oblige cependant parfois à relire la bulle trois-quatre fois pour bien comprendre. »

M. Gagné sera bien sûr scotché à son écran quand Ciné-Cadeau présentera les épisodes d’Astérix et Cléopâtre ou Les douze travaux d’Astérix (vous avez dit le formulaire A38 ?!) pour le temps des Fêtes.

Dans la même catégorie