/news/law

Lasik MD poursuivie pour avoir mal informé ses clients

Antoine Lacroix | Le Journal de Montréal

PHOTO CHANTAL POIRIER

L’entreprise québécoise Lasik MD est visée par une demande d’action collective partout au pays pour ne pas avoir bien prévenu ses clients des risques associés à l’opération de correction de la vue.

« Ils ne nous ont pas informés de certains risques alors qu’ils étaient bien au courant de ce qu’on encourait, s’insurge Christopher Ouellet, lui qui se dit victime de Lasik MD et qui se trouve à la tête du recours. Ma vie est complètement changée pour le pire. Je suis pogné avec ça pour toujours. »

Pas si mineur que ça

Le recours réclame jusqu’à environ 430 000 $ par personne, au cas par cas.

En subissant une intervention pour corriger sa vue en 2015, le Lavallois était convaincu que les risques encourus étaient minimes, alors qu’on lui aurait assuré que « toutes les complications possibles étaient mineures et traitables ».

Quelques mois après l’opération, en 2016, il a commencé à ressentir d’importantes douleurs. Ses nerfs endommagés envoient de faux signaux à son cerveau, comme des sensations de brûlure ou de picotement. Il tolère mal le soleil et les écrans électroniques.

« J’ai dû arrêter de travailler. Je dois changer de domaine. Une chance que j’avais ma conjointe pour me soutenir dans tout ça, sinon je ne serais pas ici pour vous en parler », assure M. Ouellet.

Deux types de clients

C’est l’avocat montréalais Joey Zukran qui pilote l’action collective déposée récemment en Cour supérieure du Québec.

Il invite deux types de personnes partout au Canada à s’inscrire. Le premier concerne ceux qui ont subi l’opération sans avoir été avertis de tous les risques au préalable. Le second s’adresse à ceux qui ont développé de la névralgie cornéenne, comme Christopher Ouellet.

Avant d’aller de l’avant, la demande d’action collective doit être autorisée par un juge, qui analysera la situation.