/finance/homepage

Le prix de l’essence pourrait augmenter de 6 cents le litre

Pierre Couture | Journal de Montréal

SÉBASTIEN ST-JEAN/24H MONTREAL/AGENCE QMI

Le prix de l’essence grimpera de 6 cents du litre à la pompe au Québec si le gouvernement Legault adopte son règlement visant à tripler le contenu en éthanol dans les carburants, soutient l’industrie pétrolière.

«On est formel, cette mesure aura un impact direct pour les consommateurs. On parle de 6 cents du litre de plus à la pompe», a indiqué mardi au Journal le porte-parole de l’Association canadienne des carburants (ACC), Carol Montreuil, en marge du congrès Québec Mines-Énergie à Québec.

Le gouvernement Legault a annoncé le mois dernier son intention de tripler le contenu en éthanol (de 5 % à 15 %) dans l’essence vendue au Québec d’ici 2025. Une norme pourtant fédérale.

L’industrie pétrolière soutient que cette mesure se traduira par des coûts d’investissement significatifs de 1,2 milliard $ pour les raffineurs et les distributeurs (stations-service). Une facture qui sera refilée aux consommateurs.

Selon M. Montreuil, Québec aurait ainsi sous-estimé les coûts liés à une telle mesure. À Lévis, la raffinerie Valero prévoit que les investissements pour modifier ses installations seront de 175 millions $.

Ouvert à la discussion

En plus des investissements massifs d’un milliard $ (3 cents du litre pendant 5 ans), pour répondre à cette nouvelle norme, les pétrolières auront également à acquérir chaque année des produits d’éthanol sur les marchés extérieurs (3 cents du litre).

L’industrie pétrolière rappelle également que 40 % du parc automobile québécois sera touché alors que les voitures vendues au cours des dernières années ne peuvent fonctionner avec de l’essence composée à plus de 10 % d’éthanol.

Rencontré hier, le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien, s’est montré ouvert à la discussion. «Il y a des gens qui disent qu’on ne va pas assez vite, d’autres qui disent qu’on va trop vite. On pense qu’en 2025, à 15 %, ça nous aiderait à atteindre nos cibles de gaz à effet de serre. On va refaire un tour de roue», a fait valoir le ministre.

Le ministre croit que son règlement fera disparaître 2 millions de tonnes de GES par année à partir de 2025 au Québec.