/news/society

Pas de comestible au cannabis à la SQDC avant le 1er janvier 2020

Annabelle Blais | Journal de Montréal

Pot Brownies

fudio - stock.adobe.com

Les produits comestibles au cannabis ne seront pas vendus à partir du 16 décembre comme partout ailleurs au Canada, mais plutôt le 1er janvier 2020, a confirmé la Société québécoise de cannabis.

Le règlement sur les produits comestibles, qui a été publié aujourd’hui dans la Gazette officielle, entre pourtant en vigueur le 5 décembre. Mais pour des questions de «logistique», la SQDC a préféré attendre le début de l’année 2020.

C’est également à cette date que la nouvelle loi du gouvernement Legault qui interdira l’achat de cannabis aux moins de 21 ans sera appliquée.

Le porte-parole de la SQDC Fabrice Giguère assure que la décision de reporter la vente de comestible est a été pris interne et n’était pas une directive gouvernementale. «Il nous reste des fils à attacher et on a toujours dit que ce n’était pas une course», explique-t-il.

Cela permettra notamment de laisser davantage de temps aux producteurs d’adapter leurs produits aux normes plus restrictives du Québec.

Effectivement, le règlement précise que ces comestibles ne peuvent être «une friandise, une confiserie, un dessert, du chocolat ou tout autre produit attrayant pour les personnes âgées de moins de 21 ans.»

Or, les producteurs ont principalement développé ce genre de produits comme ce sont surtout ceux qu’on trouve sur le marché noir.

«Sa forme ou son apparence ressemble notamment à un jouet, un fruit, un animal ou un personnage réel ou fictif», indique le règlement.

Il reviendra à la SQDC d’interpréter ces normes et de s’assurer de les respecter.

Pas de vapoteuses

Les extraits de cannabis seront aussi autorisés, mais leur concentration ne pourra dépasser 30% de THC (l’élément psychoactif).

Mais même si le règlement ne dit rien au sujet des vapoteuses, la SQDC ne compte pas en vendre pour l’instant.

«La Direction nationale de la santé publique a émis une mise en garde à la SQDC concernant la vente de produits de vapotage, en raison du risque de développer une maladie pulmonaire liée au vapotage», rappelle Camille Lambert-Chan l’attachée de presse du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.

L’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC) a de nouveau dénoncé ce règlement et considère que le gouvernement met à risque la santé des Québécois.

«Affirmer que ce nouveau règlement a été créé pour protéger les jeunes est insensé et fait fi de la réalité, dénonce AQIC dans un communiqué. Pour ces derniers, l’achat de ces produits non réglementés continuera d’alimenter le crime organisé.»

Surtout des boissons

Ainsi en janvier, on trouvera donc surtout des liquides sur les tablettes de la SQDC. Ce sera par exemple des eaux gazéifiées, du thé ou encore des bières sans alcool contenant du THC.

Pour les comestibles solides, il faudra attendre que les producteurs proposent des produits autres que les friandises.

«Ça peut être une barre granola destinée aux adultes sans pépites de chocolat, ça pourrait être un muffin au son», avait déclaré le président de la SQDC Jean-François Bergeron au Journal en octobre dernier.