/news/politics

Québec ouvert à l'affichage de la provenance des vins en épicerie

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec

Le gouvernement Legault ouvre la porte à modifier la réglementation qui pourrait permettre l’affichage des appellations sur les bouteilles de vin vendues dans les épiceries et les dépanneurs.

Dans un échange de courriels, le ministère de l’Économie et de l’Innovation, qui est responsable de ce dossier, a indiqué qu’il évaluerait prochainement «toutes les options» pour favoriser la croissance de l’industrie des boissons alcooliques à travers la province.

«Puisque les enjeux sont complexes, le ministère procédera à une analyse approfondie afin d’évaluer quelles sont les pistes les plus prometteuses», écrit Mathieu St-Amand, attaché de presse du ministre Pierre Fitzgibbon.

«Précisons que tout au cours de ce processus, le ministère travaillera en collaboration, notamment avec l’Association des négociants embouteilleurs de vins», poursuit-il.

Recours judiciaires

Lundi, Le Journal révélait que l’importateur de vin Julia Wine envisageait de nouveau des recours judiciaires contre la Société des alcools du Québec (SAQ) et le gouvernement si aucune modification n’était apportée à la réglementation actuelle pour les titulaires de permis d’épicerie.

Présentement, Julia Wine ne peut toujours pas mettre la provenance des vins sur les étiquettes de ses bouteilles vendues chez Costco et IGA. L’importateur de vin peut seulement inscrire le nom du pays.

Or, le gouvernement avait voté à l’unanimité en 2016 une motion visant à permettre aux consommateurs de connaître la région ainsi que le cépage des vins disponibles dans les épiceries et les dépanneurs. L’étiquetage complet étant jusque-là réservé aux vins sur les tablettes de la SAQ.

«Je ne comprends pas pourquoi c’est aussi compliqué. Je vais suivre attentivement les gestes du gouvernement. Faire ce changement ne coûterait rien à SAQ. Il n’y aura pas de perte de revenu, c’est simplement de l’information supplémentaire pour les consommateurs», affirme le président de Julia Wine, Alain Lord Mounir.

Au Québec, c’est la SAQ qui est responsable d’approuver l’étiquette sur les bouteilles de vin vendues à l’extérieur de son réseau.