/news/law

Un recours collectif de 500 millions $ réclamé contre le Roundup

Agence QMI

La firme d'avocats Diamond & Diamond a annoncé, mercredi, avoir déposé trois demandes de recours collectif réclamant des dédommagements totalisant 500 millions $ au fabricant du controversé herbicide Roundup.

Les trois demandes de recours collectif, déposées en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario, regroupent toutes les personnes qui ont développé un cancer après avoir été en contact avec l'herbicide à base de glyphosate développé par Monsanto, aujourd'hui propriété du géant agrochimique Bayer.

Dans la demande de recours, les avocats allèguent que Monsanto et Bayer ont sciemment omis de divulguer des informations sur les risques de cancer engendré par le Roundup, entre autres en «écrivant en secret des articles scientifiques fournis à Santé Canada».

Ils reprochent aussi aux entreprises d'avoir fait la promotion et vendu leur herbicide malgré les dangers qu'il posait, «qui sont devenus de plus en plus apparents au fil des décennies d'utilisation».

«Même lorsque les risques sont devenus apparents, les défendeurs ont préféré embaucher une firme pour tromper Santé Canada et le public, plutôt que de retirer le Roundup [du marché] ou même avertir les Canadiens», peut-on lire dans la demande de recours collectif.

De plus en plus soupçonné par des autorités de la santé de par le monde, le glyphosate est particulièrement controversé en Europe. L'Autriche est d'ailleurs devenue le premier pays européen à bannir cet herbicide de son territoire, l'été dernier, tandis que l'Union européenne a longuement débattu avant de donner son feu vert à une homologation d'une durée de 5 ans au produit en décembre 2017.

Pour sa part, Santé Canada a donné son feu vert définitif au glyphosate en 2017, arguant que cette molécule «ne pose aucun danger pour la santé humaine et l'environnement» si l'herbicide est utilisé «conformément au mode d'emploi qui figure sur l'étiquette».

Une demande de recours collectif de 10 millions $ avait été déposée concernant cet herbicide au Québec au printemps dernier. Aux États-Unis, des milliers d'actions en justice ont été lancées contre Mansonto et Bayer un peu partout au pays.