/news/politics

Assemblée nationale: le PDG de Desjardins cuisiné par les députés

Marc-André Gagnon | Le Journal de Montréal

Le PDG de Desjardins, Guy Cormier, cherche à relativiser l’ampleur du vol de données dont 4,2 millions de ses membres ont été victimes en faisant valoir qu’il s’agit d’un «fléau mondial».

À LIRE ÉGALEMENT

Jolin-Barrette ignorait l’apparence de conflit d’intérêts d’un invité en commission

L’expert «indépendant» sur Desjardins a reçu 1,25 M$... de Desjardins

Pressé de questions par les députés à l’Assemblée nationale, M. Cormier, a insisté sur le fait que dans la dernière année, «28 millions de Canadiens avaient été touchés par des fuites de données».

«Le vol de données, c’est un fléau mondial», a-t-il répété. Malgré cela, «la grande majorité des pays de l’OCDE tardent trop à réfléchir», regrette le président et chef de la direction de la plus grande institution financière du Québec.

À ses yeux, le vol massif de données révélé l’été dernier est «un réveil brutal» qu’il ne faut pas ignorer.

Faire un pas de recul

Disant comprendre que plusieurs tentent maintenant de lui «faire porter le bonnet d’âne», M. Cormier a invité les législateurs québécois à prendre un pas de recul.

«Il y a eu de nombreux cas avant Desjardins», a-t-il rappelé, en signalant qu’il risque d’y avoir encore des cas similaires au sein de différentes organisations.

M. Cormier a montré du doigt la trop grande quantité d’informations personnelles que doivent souvent fournir les citoyens pour transiger avec une institution financière.

 

Le pdg considère notamment «anormal» qu’en 2019, on doive encore s’identifier en fournissant par exemple un permis de conduire ou une carte d’assurance maladie.

M. Cormier plaide plutôt pour l’instauration d’un système canadien d’identité numérique.

Il en a d’ailleurs profité pour annoncer la mise sur pied d’un forum sur l’identité numérique, qui sera charger d’identifier d’autres «pistes de solutions qui seraient adaptées à la réalité québécoise».

L'Autorité des marchés financiers, Equifax Canada, l'Association des banquiers canadiens, l'Office de la protection du consommateur et un expert universitaire, José Fernandez, participent également aux auditions en commission parlementaire.

Dans la même catégorie