/news/culture

Une grande dame n’est plus

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

La comédienne Andrée Lachapelle est décédée jeudi après-midi, a confirmé TVA Nouvelles.

Âgée de 88 ans, la comédienne était atteinte d’un cancer et aurait demandé l’aide médicale à mourir.

La dame avait perdu son conjoint des 20 années précédentes, le réalisateur André Melançon, en août 2016. Elle laisse notamment dans le deuil ses trois enfants, Patrice, Catherine et Nathalie (aussi comédienne), nés de son union avec le défunt Robert Gadouas, qui s’était enlevé la vie quelques années après leur séparation, à la fin des années 1960.

70 ans de carrière

Andrée Lachapelle est née le 13 novembre 1931, dans le quartier Mile-End, à Montréal. Souvent citée comme un modèle de beauté intemporelle, de grâce et d’élégance – elle fut déjà même surnommée «la Catherine Deneuve du Québec» –, elle avait entamé sa carrière dans les années 1950 et a tenu plus de 200 rôles à la télévision, au cinéma et au théâtre. Elle a cumulé près de 70 ans de métier.

L’Encyclopédie canadienne relate qu’Andrée Lachapelle a fait ses premiers pas sur les planches à l’âge de 14 ans, en étudiant au Studio XV de Gérard Vleminckx.

Elle a ensuite incarné les textes des plus grands auteurs au théâtre: «Crime et châtiment» de Dostoïevski, «Au retour des oies blanches» et «Bilan» de Marcel Dubé (dont elle fut à une certaine époque l’égérie), «Un tramway nommé désir» de Tennessee Williams, «Albertine en cinq temps» de Michel Tremblay, «Incendies» de Wajdi Mouawad, «Oh les beaux jours» de Samuel Beckett, etc.

Au petit écran, elle a joué dans une trentaine de séries. Nommons, parmi elles, «Yamaska», «La galère», «L’auberge du chien noir», «Miséricorde», «Le volcan tranquille», «Scoop», «Monsieur le ministre», «Le temps d’une paix», «Chez Denise», «Rue des pignons», «Filles d’Ève» et «14, rue de Galais», de même que l’émission pour enfants «Franfreluche».

Tout récemment, l’actrice tenait son dernier rôle au grand écran dans le film «Il pleuvait des oiseaux», de Louise Archambault. Adaptation au cinéma du roman du même titre de Jocelyne Saucier, l’opus a pris l’affiche en septembre dernier et met aussi en vedette Gilbert Sicotte, Rémy Girard et Ève Landry.

En 2015, elle était de la distribution de «La passion d’Augustine», long métrage de Léa Pool. «La corde au cou», «À corps perdu», «Jésus de Montréal», «Dans le ventre du dragon», «Nelligan», «Léolo», «Cap Tourmente», «Le secret de ma mère», «La dernière fugue» et «Route 132» sont d’autres titres qui figurent à sa filmographie.

Entre autres distinctions, Andrée Lachapelle a été faite Officière de l’Ordre national du Canada en 1985 et chevalière de l’Ordre national du Québec, en 1998. En juin 2018, elle était saluée lors de la Soirée hommage Québecor.

Voyez les réactions à l'annonce de son décès.

Dans la même catégorie