/news/culture

Nouveau spectacle: le Cirque du Soleil porté par la magie de Disney

Yan Lauzon | Agence QMI

Dominick Gravel/Agence QMI

La magie animée de Disney est le plus récent moteur créatif du Cirque du Soleil. Artistes et artisans ont déjà complété trois semaines de répétitions, à Montréal, et développé l'univers de leur nouveau spectacle destiné à Disney Springs, à Orlando, en mars prochain.

Véritable «lettre d'amour» à différents destinataires, cette création s'articule autour d'une fille qui découvre un véritable trésor laissé par son regretté père: une œuvre d'animation inachevée, et elle a bien l'intention de la compléter.

«Ce n'est pas du tout un spectacle nostalgique, assure l'auteur et metteur en scène Michel Laprise. C'en est un à propos de la vie, de l'amour...»

Comme il le précise, cette énième proposition du Cirque du Soleil - dont le titre sera dévoilé en décembre - a pris forme grâce à la biographie de Walt Disney.

«J'ai été stupéfait et inspiré par les similarités entre les efforts du Cirque du Soleil et ceux de Disney quand elle voulait faire le premier film d'animation, celui de "Blanche-Neige". Personne ne croyait que ce serait possible, c'était fou. Il a fallu inventer une nouvelle façon de raconter une histoire, une psychologie aux personnages, des techniques, des décors...»

Carte blanche

L'équipe de création du Cirque du Soleil n'aurait pu rêver d'un meilleur accueil de la part des gens des studios d'animation Walt Disney et de la division Walt Disney Engineering.

«On a eu carte blanche pour autant qu'on trouve une manière créative d'intégrer du Disney. Il n'y a pas eu d'autres consignes, confie Fabien Becker, directeur de création. Nous avons fait le choix de célébrer l'art de l'animation, quels films auront des références, quels personnages vont apparaître sous forme d'évocations.»

«Nous avons été accueillis à bras ouverts. Ils ont senti que nous voulions respecter cette forme d'art», ajoute Michel Laprise.

Sons et images

Outre l'appui de plusieurs de ses fidèles collaborateurs, le Cirque du Soleil peut compter sur le spécialiste de l'animation Eric Goldberg à qui on doit le Génie d'«Aladdin».

Le réputé Américain sait très bien ce qu'il veut apporter à cette œuvre. «J'ai toujours aimé l'animation qui semble avoir du plaisir. Je veux donc procurer de la joie aux gens qui vont venir voir ce spectacle.»

Par contre, pas question de changer ses bonnes habitudes. «Les techniques sont les mêmes et je suis un gars de la vieille école. Je dessine encore sur du papier [...] et pourtant, c'est rafraîchissant, nouveau. Quand les personnages prennent vie d'eux-mêmes, tu sais que tu réussis ton travail.»

Quant à la musique, elle sera rythmée par les émotions du compositeur Benoit Jutras. «Nous mélangeons les deux mondes musicaux, pas seulement quelques notes ici et là, explique-t-il. Je me sens extrêmement chanceux de pouvoir jouer avec ce répertoire qui puise profondément dans les émotions. Enfant, tu regardes les films et soudainement, tu peux travailler avec la musique qui t'a fait rêver si longtemps.»

L'équipe du Cirque du Soleil espère pouvoir présenter sa nouvelle création «le plus longtemps possible». Dévoilé en 1999, «La Nouba», son précédent spectacle offert à Orlando, a animé Disney Springs pendant 18 ans.

Le nouveau spectacle du Cirque du Soleil, c'est:

-65 acrobates

-50 techniciens

-90 minutes sans entracte

-3 ans de travail à temps plein

-Plus de 400 représentations par année

-2 rendez-vous quotidiens, 5 jours par semaine