/news/currentevents

Un premier meurtre en 16 ans aux Îles-de-la-Madeleine

Frédérique Giguère | Journal de Montréal

gracieuseté

gracieuseté

La communauté des Îles-de-la-Madeleine est secouée par un premier meurtre en 16 ans, alors qu’un homme de 65 ans aurait été tué pendant son sommeil par son propre fils, toxicomane.

« Ça s’est répandu comme une traînée de poudre ici, aux Îles. Les gens sont sonnés. Disons qu’un événement de cette nature-là ne passe pas inaperçu ici », dit Jonathan Lapierre, le maire du petit archipel de 11 000 âmes.

Le drame remonte à dimanche soir. Vers 22 h 30, Kaven Petitpas a fait irruption dans la chambre à coucher de ses parents. Dans un élan de violence inexpliqué, l’homme de 38 ans se serait mis à asséner de puissants coups de poing à son père, qui dormait.

« Il n’était pas bien, il n’était pas dans son état normal », a confié sa mère, Marie-May Harvie, jointe mercredi au téléphone. La femme, qui était couchée aux côtés de son mari lorsque son fils se serait mis à le rouer de coups, a tenté de le raisonner. Après avoir été frappée à au moins une reprise à son tour, elle est partie se réfugier et appeler le 911 chez sa voisine.

Il n’a pas fui

À l’arrivée des policiers dans la résidence du secteur Fatima, Donald Petitpas était mort des suites de ses blessures. La Sûreté du Québec (SQ) n’a pas été en mesure de confirmer, mercredi, si une arme avait été utilisée lors de l’attaque.

Kaven Petitpas était toujours sur les lieux à l’arrivée des agents. Il a été arrêté sur-le-champ. Comme le dossier a été confié à la division des crimes contre la personne, une équipe d’enquêteurs de Québec s’est envolée vers les Îles quelques heures après la tragédie. Petitpas a finalement été formellement accusé mercredi matin, au palais de justice de Havre-Aubert, de meurtre au second degré.

Selon ses proches, Kaven Petitpas souffrait d’une importante dépendance à la drogue depuis déjà un bon moment. Exaspérée par sa consommation, sa conjointe enceinte de leur troisième enfant l’avait quitté il y a environ un an et demi. Il vivait depuis chez ses parents.

En crise

« Je crois qu’il a peut-être fait une psychose, dit sa mère. Je l’ai déjà entré en psychiatrie pour des psychoses dans le passé. »

Petitpas voyait ses enfants une fin de semaine sur deux. Il devait d’ailleurs les avoir avec lui le week-end dernier.

« Mais la mère des enfants n’avait pas voulu qu’il les prenne parce qu’il n’était pas dans son état normal », raconte Jacqueline Petitpas, la sœur de la victime.

Kaven Petitpas demeurera détenu en attendant la suite des procédures dans son dossier.

Le dernier meurtre survenu aux Îles-de-la-Madeleine remonte à l’été 2003, où Marcel Renaud avait été tué lors d’une bagarre dans une fête, à sa résidence de Havre-Aubert.