/news/culture

Décès d’Andrée Lachapelle : «Elle nous a donné une grande leçon de vie» - Sa fille Nathalie Gadouas

L’actrice Andrée Lachapelle est décédée, jeudi, à 88 ans, entourée des siens, grâce à l’aide médicale à mourir

Maxime Demers | Journal de Montréal

Le milieu culturel québécois perd une icône : la célèbre actrice Andrée Lachapelle s’est éteinte paisiblement jeudi après-midi, entourée de ses enfants et ses petits-enfants. «Elle nous a donné une grande leçon de vie jusqu’à la fin», a confié sa fille Nathalie Gadouas.   

• À lire aussi: Une grande dame n’est plus

• À lire aussi: Andrée Lachapelle: «la grâce, l’élégance, mais d’une grande simplicité»

• À lire aussi: Réactions émotives au décès d'Andrée Lachapelle

Atteinte d’un cancer, Mme Lachapelle avait demandé l’aide médicale à mourir. La grande dame du théâtre et de la télévision québécoise avait célébré son 88e anniversaire le 13 novembre dernier. Elle laisse derrière elle une immense carrière qui s’est étalée sur près de 70 ans.   

 «Elle est partie en paix, en toute sérénité, a indiqué sa fille, la comédienne Nathalie Gadouas, lors d’un entretien téléphonique accordé au Journal de Montréal jeudi soir.  

  • La comédienne Brigitte Lafleur a rendu hommage à Andrée Lachapelle sur QUB radio:    

 

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

  

PASCALE LÉVESQUE/AGENCE QMI

«Elle voulait partir doucement et c’est ce qui est arrivé. Elle était en paix avec cette décision. Elle a été impeccable jusqu’à la fin. Elle a appelé ses amis, ses proches, les gens avec qui elle avait travaillé jusqu’à la fin pour leur dire combien ils avaient été importants dans sa vie. Elle nous a aussi dit combien on avait été importants dans sa vie, nous, ses enfants. Elle pensait aux autres avant de penser à elle. C’était ça, ma mère. C’était une femme d’une grande générosité. Et elle nous a donné une grande leçon de vie jusqu’à la fin.»    

En 1977.

Photo d’archives

En 1977.

Andrée Lachapelle laisse notamment dans le deuil ses trois enfants, Patrice, Catherine et Nathalie, nés de son union avec le défunt Robert Gadouas. La célèbre actrice avait déjà perdu, il y a trois ans, son conjoint des 20 dernières années, le cinéaste André Melançon (La guerre des tuques), qui est décédé en août 2016 après avoir combattu une leucémie.    

Photo d’archives

 «Une personne lumineuse»  

 L’annonce du décès de Mme Lachapelle a créé une onde de choc dans le milieu culturel québécois.    

Sur le plateau de tournage de son dernier film en carrière, Il pleuvait des oiseaux, à l’été 2018.

Photo d’archives

Sur le plateau de tournage de son dernier film en carrière, Il pleuvait des oiseaux, à l’été 2018.

 «J’ai perdu une grande amie et le Québec a perdu une grande actrice, a souligné la comédienne Monique Miller.  

Photo courtoisie, MK2 Mile End

«J’ai énormément de peine, a laissé tomber une autre de ses grandes amies, l’actrice et metteure en scène Louise Latraverse. C’est très difficile pour moi d’en parler. Tout le monde va vous le dire : Andrée était une personne merveilleuse, exceptionnelle, lumineuse. C’est une grande amie que j’ai perdue aujourd’hui.»    

En compagnie de son conjoint, André Melançon, en avril 1998.

Photo d’archives

En compagnie de son conjoint, André Melançon, en avril 1998.

 Son chant du cygne  

«Je suis sous le choc, a confié pour sa part la réalisatrice Louise Archambault (Gabrielle), qui a dirigé Andrée Lachapelle récemment dans le film Il pleuvait des oiseaux – son tout dernier rôle à l’écran.    

Elle enlace Françoise Faucher dans la pièce Toi et tes nuages, en 1972.

Photo d’archives

Elle enlace Françoise Faucher dans la pièce Toi et tes nuages, en 1972.

«Mais en même temps, je m’y attendais. Je savais qu’elle était malade et que c’était son souhait de partir comme cela, en ayant toute sa tête. Elle voulait partir en beauté. Parce que même si elle souffrait récemment, elle avait toute sa tête et elle était encore très drôle. Elle avait beaucoup de répartie.»    

Andrée Lachapelle avec Katerine Mousseau dans Le temps d’une paix, en 1986.

Photo d’archives

Andrée Lachapelle avec Katerine Mousseau dans Le temps d’une paix, en 1986.

Très discrète depuis la mort d’André Melançon il y a trois ans, Andrée Lachapelle avait accepté de retourner sur un plateau de tournage l’an passé pour jouer un des personnages principaux du film Il pleuvait des oiseaux, qui a pris l’affiche en septembre dernier et qui a été acclamé par la critique. « Ce sera mon chant du cygne », avait-elle dit alors à la réalisatrice Louise Archambault.    

Dans le téléfilm Comme un voleur, en 1990, qui lui a valu le prix Guy-L’Écuyer.

Photo d’archives

Dans le téléfilm Comme un voleur, en 1990, qui lui a valu le prix Guy-L’Écuyer.

«Je suis si fière de ce qu’elle a fait dans le film, lance la cinéaste. Andrée est une grande inspiration pour moi. Elle m’a inspirée professionnellement, mais dans ma vie aussi. Elle voulait faire ce dernier rôle même si elle savait que ce serait très exigeant pour elle. Et elle l’a fait avec brio.»    

Elle remporte le prix Ambassadeur en 1994 pour sa fidélité à la mode québécoise.

Photo d’archives

Elle remporte le prix Ambassadeur en 1994 pour sa fidélité à la mode québécoise.

Pour l’actrice Louise Turcot, qui a souvent travaillé avec elle, Andrée Lachapelle est un bon modèle de courage et de détermination : « Elle a commencé sa carrière comme la jolie femme, mais elle s’est battue pour démontrer ses talents d’actrice. Elle a travaillé très fort pour avoir la carrière qu’elle a eue. C’était une femme inspirante. »    

 Réactions au décès de la comédienne          

 Les réactions n’ont pas tardé après l’annonce du décès de la comédienne Andrée Lachapelle, jeudi.   

  •  Justin Trudeau: «Je suis très triste d'apprendre le décès d'Andrée Lachapelle. Une grande dame qui a énormément contribué à la culture québécoise.»     
  •  François Legault: «Toutes mes sympathies aux proches de la grande comédienne québécoise, Andrée Lachapelle. Elle a fait rêver les Québécois pendant toutes ces années avec ses personnages à la télé, au cinéma et au théâtre.»     
  •  Valérie Plante: «Peinée d’apprendre le décès d’Andrée Lachapelle, une grande Montréalaise, une femme forte et l’une des plus grandes comédiennes de notre histoire. Sa contribution au théâtre, à la télévision et au cinéma est monumentale. Mes pensées accompagnent sa famille et ses proches.»     
  •  Steven Guilbeault: «Andrée Lachapelle a occupé l’espace culturel au #Québec pendant sept décennies. Quelle carrière! Une figure emblématique de notre culture et une actrice d’une grande générosité. Mes sympathies à sa famille et ses proches.»     
  •  Françoise David: «Je viens d'apprendre le décès de la merveilleuse Andrée Lachapelle. Une immense comédienne, mais aussi une femme de cœur. Elle était auprès des femmes lors de la marche Du pain et des roses en 1995 et au moment de la Marche mondiale des femmes en l'an 2000.»     
  •  Manon Massé: «J’ai connu Andrée Lachapelle dans le mouvement des femmes, il y a très longtemps. Pour elle, la défense des droits des femmes était aussi fondamentale que la poésie. Merci Andrée pour toutes ces années d’émotions et de lutte.»     
  •  Pierre Arcand: «Une grande comédienne d’une élégance hors du commun. Jusqu’à la fin, elle aura su nous émouvoir avec son dernier film "Il pleuvait des oiseaux". Merci pour tout. Mes pensées accompagnent la famille.»     
  •  Nathalie Roy: «J’apprends avec grande tristesse le décès d’Andrée Lachapelle. Le Québec perd une femme d’une classe et d’un talent exceptionnels. Mes sympathies à sa famille et à ses proches.»     
  •  Louise Latraverse: «Notre Andrée Lachapelle est partie avec sa lumière. Peine immense.»     
  •  Danièle Lorain: «Le soleil s’est levé sur son dernier matin. Notre ange du théâtre nous a quittés à jamais. Son infinie douceur, sa voix, son cœur d’or sa présence unique... Notre monde est en deuil et mon coeur en lambeaux.»     
  •  Sa fille Nathalie Gadouas: «Elle est partie en paix, en toute sérénité. Elle était en paix avec cette décision. Elle voulait partir doucement et c’est cela qui est arrivé. Elle a été impeccable jusqu’à la fin. Elle a appelé ses amis, ses proches, les gens avec qui elle avait travaillé jusqu’à la fin pour leur dire combien ils avaient été importants dans sa vie. Jusqu’à la fin, elle nous a dit combien on avait été importants dans sa vie, nous, ses enfants. Elle pensait aux autres avant de penser à elle. C’était ça, ma mère. C’était une femme d’une grande générosité. Elle nous a donné une grande leçon de vie jusqu’à la fin.»      

Dans la même catégorie