/news/currentevents

Honorés pour avoir sauvé la vie d’un homme intoxiqué à la cocaïne

TVA Nouvelles

Deux policiers du SPVM ont été honorés lors d’une soirée toute spéciale pour avoir sauvé la vie d’un homme en psychose toxique, sous l’influence de la cocaïne.  

Pierre-Martin Aussant et son collègue Gabriel Antonio Zumaran Leon doivent intervenir le matin, vers 11h dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

C’est l’individu lui-même qui a contacté le 911 en disant qu’il avait besoin d’aide parce qu’il ne se sentait pas bien et croyait qu’il était pourchassé par des individus qui voulaient le tuer.

Les agents ont toutefois eu du mal à entrer en contact avec lui: il n’avait pas donné la bonne adresse et collaborait peu... à sa propre demande d’aide.

«L’adresse qu’il avait donnée n’existait pas, je contacte l’homme au numéro qu’il a donné au 911. Il est craintif, il pense que ce sont de faux policiers qui le contactent. Il me pose quelques questions et finit par me donner la bonne adresse», raconte l’agent Zumaran Leon en entrevue au Québec Matin.

L’individu continue de résister, il est très craintif et paranoïaque.

Les agents craignent qu’une autre personne puisse se trouver dans l’appartement, et le cas échéant, pourraient être en danger. Les patrouilleurs prennent la décision de forcer la porte pour le rejoindre.

«Il faut qu’on prenne nos décisions vite. J’ai pris la décision simplement de pousser fort la porte pour qu’a finisse d’ouvrir, et j’ai vu l’homme qui s’est lancé vers la fenêtre, il a carrément passé au travers de la fenêtre. J’ai juste eu le temps de sauter et d’attraper son talon droit», raconte l’agent Aussant.

La scène se déroule au troisième étage d’un immeuble, mais l’homme, complètement déconnecté, n’en avait probablement pas conscience.

Avec l’aide de son collègue, les patrouilleurs tentent de dégager l’individu de sa piètre position.

Ils ont finalement réussi à le ramener à l’intérieur, mais celui-ci continuait à se débattre.

Les agents ont également eu du renfort pour la suite. L’homme a finalement été transféré dans un centre hospitalier.

Ces policiers sont spécialisés en réponse lors d’interventions de crise (RIC), et agissent en relation d’aide principalement auprès de personnes en situation difficile : crise, psychose, et problèmes divers, dont la santé mentale.

Chaque année 33 000 appels sont faits au SPVM pour des personnes en crise ou mentalement perturbées.

***Écoutez leur récit dans la vidéo ci-dessus.***