/news/currentevents

Il meurt le jour de ses 23 ans

Alex Drouin | Journal de Montréal

ACCIDENT MORTEL

Agence QMI et Facebook

Un jeune homme de la Montérégie a été victime d’un coup du destin mercredi soir lorsqu’il est mort le jour de son 23e anniversaire de naissance dans une violente collision frontale.

Sébastien Sirois aurait perdu le contrôle de son véhicule Dodge Caravan sur la rue Cowie, entre la rue Ferland et le chemin René, près de l’Autodrome de Granby. Il se serait retrouvé dans la voie inverse et aurait percuté une camionnette qui venait en sens inverse. Le devant de ce pick-up a été broyé par l’impact. La minifourgonnette a aussi subi d’importants dommages.

Les secours ont été appelés un peu après 20 h pour trouver les deux véhicules dans l’accotement, plusieurs vitres fracassées.

« Il y avait une petite neige fine lorsque c’est arrivé et plusieurs hypothèses sont envisagées », a expliqué Guy Rousseau, porte-parole du service de police de Granby.

Inconscient

L’homme dans la vingtaine était inconscient lors de son transport en ambulance. Son décès a été constaté à l’hôpital. Il a été extirpé de la carcasse de son véhicule grâce à l’assistance des pompiers.

L’autre conducteur, un homme de 39 ans, a subi de légères blessures.

Les deux hommes étaient seuls dans leur véhicule.

La police a mentionné que ce n’était pas le premier accident mortel à survenir dans ce secteur. Un piéton avait été happé par une voiture que conduisait une femme de 90 ans en septembre 2017.

« C’est un secteur rural qui est sombre [la nuit], mais on n’a pas d’information qui nous laisse croire que le secteur est problématique », a précisé le porte-parole.

« Ce sont deux accidents qui se sont produits lors de circonstances différentes », a-t-il ajouté en conclusion, mentionnant qu’un coroner mène actuellement une enquête sur cet accident et déposera un rapport.

L’homme dans la vingtaine était cuisinier depuis quelques années au restaurant C’est Belge, à Granby, à un peu plus de 20 km de sa résidence à Saint-Césaire.

« On préfère ne pas parler et vivre ça entre nous », a mentionné l’un des propriétaires du restaurant, avant de raccrocher.

– Avec l’Agence QMI