/finance/homepage

Le marché d’alimentation saine Bizz en faillite

Jean-François Tremblay | TVA Nouvelles

Le marché d’alimentation saine Bizz sur le boulevard Talbot à Chicoutimi, au Saguenay, est en faillite depuis mercredi.

Selon l’avis de faillite émis par le syndic Tremblay & cie, les dettes étaient importantes. Le passif de Bizz a été estimé à 920 427,19$ alors que l’actif était de 263 878,64$. Le déficit était donc de 656 548,55$.

Pas moins de 215 créanciers sont cités dans l’avis de faillite, toutes catégories confondues.

Bizz pourra toutefois revivre via une nouvelle coopérative de solidarité, réunissant, entre autres, des employés du commerce.

Le comité provisoire de la coop a songé à se porter acquéreur de Bizz, mais le temps a manqué.

«La période d'avis d'intention est terminée. La coopérative qui s'est créée avait des délais trop courts pour reprendre le bâtiment. Donc, elle a fait le choix d'un autre local ailleurs plus petit», a expliqué un membre du comité provisoire, Anne Gilbert-Thévart.

La coop de solidarité lorgne plutôt le centre-ville de Chicoutimi. «Il y en a beaucoup des coopératives d'alimentation au Québec, c'est souvent dans les centres-villes. C'est un besoin du centre-ville, estime un autre membre du comité provisoire, Guylaine Pelletier. Le centre-ville, ça apporte quelque chose de différent que le boulevard Talbot.»

Ce serait un retour au bercail après l'aventure sur Talbot, car le commerce a été longtemps situé sur la rue Sainte-Famille.

«Ça faisait 17 ans que le Bizz était établi au centre-ville. Les gens étaient habitués à ça, affirme Anne Gilbert-Thévart. On s'est rendu compte que le Bizz était vraiment apprécié et que les valeurs qu'il portait, c'était quelque chose qui faisait vibrer les gens.»

La coop cherche donc un local au centre-ville d'environ 3000 pieds carrés avec stationnement. Le projet s'élèverait à 750 000$ avec une quinzaine d'employés.

Le montage financier prévoit des partenaires, dont Investissement Québec, mais aussi 100 000$ provenant de 2000 citoyens. En une semaine, 30 000$ ont été recueillis.

«Le but de la coopérative, c'est de reprendre toutes ces valeurs qui étaient portées par le Bizz et de continuer à les faire vivre. C'est extrêmement rare que l'on voie que les consommateurs, les producteurs et les travailleurs sont assis à la même table pour monter un projet. Donc, ça risque d'être vraiment intéressant. On veut que l'entreprise soit rentable. On ne veut pas caler de l'argent. Les profits vont aller à la coopérative pour réinvestir», ajoute Mme Gilbert Thévart.

Le projet serait aussi profitable pour des fournisseurs locaux. «Ça va continuer aussi à distribuer les produits d'environ 115 producteurs régionaux», précise Guylaine Pelletier.

La coopérative espère pouvoir ouvrir la nouvelle épicerie au début de l'été 2020. Si possible, peut-être même avant.