/news/society

Le message d’espoir de Jean-Pierre Coallier aux gens qui ont subi un AVC

TVA Nouvelles

Les personnes qui ont subi un AVC doivent faire face à une épreuve qui paraît simple lorsqu’on est en santé, mais qui est très difficile lorsqu’on y est confronté : réapprendre à parler.

Au Québec, près de 20 000 personnes font un AVC chaque année, et plusieurs d’entre elles se retrouvent isolées en raison du défi de la communication.

Le légendaire animateur Jean-Pierre Coallier a subi un AVC il y a quelques années, et se souvient encore aujourd’hui de tout l’entraînement qu’il a dû faire afin de se réapproprier le langage.

«Quand je suis sorti de mon AVC, en fait de mon petit voyage, je me suis rendu compte que ça allait bien, j’avais tous mes membres, mais je n’arrivais pas à parler. Je parlais, mais personne ne me comprenait, ce qu’on appelle l’aphasie», explique-t-il en entrevue à TVA Nouvelles.

Il lui a fallu six mois pour réapprendre à parler pour se faire comprendre, pour enfin refaire de la radio et de la télé.

«Ce que je faisais avec un crayon de travers dans la bouche, je tentais de réciter les fables de La Fontaine... C’est la répétition, c’est toujours recommencer, recommencer. Le problème, c’est que les gens se découragent. Ne vous découragez pas», lance le communicateur en guise d’encouragement.

Un parcours mis sur pied pour les patients du CHUM a été inauguré vendredi matin.

On y retrouve plusieurs affiches explicatives, mais également une vingtaine de caricatures de Jean-Pierre Coallier.

L’animateur a créé plus de 300 dessins, qui se retrouveront aussi dans un livre.

Environ 800 personnes sont admises au CHUM annuellement à la suite d’un AVC.