/regional/estduquebec/cotenord

Pas de reprise de service avant au moins la fin de la journée

Meggie Bélanger | TVA Nouvelles

La Société des traversiers du Québec (STQ) confirme que le traversier NM Jos-Deschênes II a endommagé un panneau de défense jeudi lorsqu'il est entré en collision avec le quai de Baie-Sainte-Catherine. Ce panneau de caoutchouc muni d'amortisseurs sert à protéger le navire et le quai au moment de l’accostage.

Le système de direction d’un des moteurs a flanché. Étant donné la proximité avec le quai, le capitaine n’a pas pu éteindre le premier moteur et allumer le deuxième. La STQ confirme que le capitaine est à son emploi depuis une dizaine d’années.

Il s'agit d'une pièce qui pèse 30 tonnes et qui doit être retirée pour être réparée. Une grue est en direction de la traverse afin d'effectuer les travaux aujourd'hui. Mais les ingénieurs de la STQ doivent attendre la marée basse du début de l'après-midi avant de commencer les travaux.

Une solution temporaire doit être mise en place pour la reprise de la traverse, car cette pièce doit être commandée et cela pourrait occasionner des délais. 

Entre-temps, le navire NM Jos-Deschênes I a quitté Sorel ce matin en direction de Baie-Sainte-Catherine afin de prendre le relais samedi en journée. Si le service reprend vendredi, ce sera avec un seul traversier. 

Les usagers sont invités à attendre de recevoir l'alerte de la STQ qui annoncera la reprise du service avant de se rendre sur place. Les automobilistes et les camionneurs doivent donc faire le détour par Saguenay jusqu'à nouvel ordre. 

Rappelons que c'est une défectuosité du système de navigation qui a causé une perte de contrôle du navire jeudi après-midi au moment de l'accostage. Le NM Jos-Deschênes II est un tout nouveau navire qui est entré en service au début de l'année. 

Cette interruption de service relance la question sur la nécessité de construire un pont sur le Saguenay.

Pascal Bérubé demande à François Bonnardel d’agir

Le chef intérimaire du Parti Québécois, Pascal Bérubé, demande que le ministre des Transports s’intéresse et prenne au sérieux les dossiers de l’Est du Québec, notamment celui des traversiers.  

Lui-même victime a répétition des arrêts de services des traversiers, M. Bérubé réitère sa demande pour la construction d’un pont.

«Les intervenants sont unanimes, ça prend un pont, c’est notre premier lien, plaide-t-il. On a pas de deuxième, on n’a pas de troisième, on en veut un premier. C’est la réalité des gens de la Haute-Côte-Nord et de Charlevoix.»

Il invite d’ailleurs le ministre des Transports François Bonnardel à se rendre dans la région.

«Que le ministre des Transports vienne à Baie-Comeau, vienne à Matane pour expliquer c’est quoi sont plan. Comment on va dédommager les gens? Comment on va en sorte d’assurer une desserte aérienne rapide lorsqu’on n’a pas de transports? C’est important pour nous», dit M. Bérubé.

Dans la même catégorie