/regional/quebec/quebec

Le vieux pont de l'Île-d'Orléans sera démoli

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

pont Ile d Orleans

Simon Clark/Agence QMI

Le sort en est jeté pour le vieux pont de l'Île-d'Orléans: après s’être gardé la possibilité d’en faire un lien cycliste et piétonnier, le ministère des Transports a finalement décidé de le démolir dès la mise en service du nouveau pont, en 2027.  

La décision quant à l’avenir du pont actuel, dont l’inauguration remonte à 1935, a été annoncée dans un simple communiqué de presse, lundi en fin d’après-midi.  

Le ministère des Transports (MTQ) justifie cette décision «notamment en raison des importants investissements financiers qu'occasionneraient sa remise en état, son entretien et son changement de vocation».  

«Il s’agit d’une décision responsable en matière de finances publiques, car le maintien en place de cette infrastructure aurait coûté des centaines de millions de dollars en travaux obligatoires de mise aux normes», a réagi le ministre des Transports, François Bonnardel, par l’intermédiaire de son attachée de presse, Florence Plourde.  

Il semble également que la cohabitation entre le pont actuel et le futur pont à haubans, situé un peu plus à l'ouest, aurait été «difficile», selon des analyses obtenues par le MTQ.  

Valeur patrimoniale  

De plus, le nouveau pont sera doté d’une piste polyvalente pour les vélos et les piétons, ce qui laissait l’ancien pont sans «aucune nouvelle fonction définie», a-t-on souligné au cabinet du ministre Bonnardel.  

La semaine dernière, Le Journal rapportait que malgré d’importants travaux de réfection effectués au cours des derniers mois, de nombreux trous sont réapparus, laissant parfois voir le grillage du tablier.  

«Le Ministère reconnaît la valeur patrimoniale du pont actuel, construit entre 1932 et 1935. C'est pourquoi des gestes seront posés afin de conserver des traces de cet ouvrage», précise le ministère. Une démarche de consultation sera entreprise «en temps et lieu».  

Le MTQ fait aussi valoir que le démantèlement du pont actuel réduira certaines contraintes liées à l’écoulement des eaux du Saint-Laurent. Sa démolition offrira du même coup «plus de latitude» aux concepteurs du nouveau pont, en ce qui a trait à son intégration paysagère.