/news/politics

Pénurie de propane: le ministre de l’Agriculture dénonce l’inaction d’Ottawa

TVA Nouvelles

Au moment où les agriculteurs québécois, durement affectés par la pénurie de propane, manifestent une fois de plus dans les rues de la métropole, le ministre québécois de l’Agriculture, André Lamontagne, déplore l’inaction du gouvernement fédéral, qui ne semble pas être en «mode urgence». 

• À lire aussi: Coup d'éclat des agriculteurs devant les bureaux de Justin Trudeau

• À lire aussi: Les besoins essentiels assurés jusqu’à la fin de la semaine

«Ils ont raison d’être dans la rue, a-t-il jugé lundi matin lors d’une entrevue à LCN. C’est un conflit qui a été déclenché il y a une semaine. Jusqu’à aujourd’hui, on n’a pas senti de la part des gens du gouvernement fédéral qu’ils comprenaient les gens sur le terrain. On ne semble pas être en mode urgence». 

Le ministre de l’Agriculture demande une intervention d’Ottawa, et ce, le plus rapidement possible.

«Nos gens sont en détresse sur le terrain. Au niveau des producteurs de grains, c’est catastrophique! [...] Ce qu’on attend, c’est que le gouvernement fédéral s’implique, et qu’il y ait une résolution rapide de cette situation-là, puis de s’assurer d’acheminer les quantités de propane dont on a besoin au Québec. Si ça pouvait être hier, ce serait hier! Les gens sont dans le besoin.»

Or, en fin de journée, M. Lamontagne a affirmé à «La Joute» n'avoir eu aucune communication de la part du gouvernement fédéral.

«Honnêtement, je ne sais plus quoi penser, a-t-il dit. La dernière chose qu’on voudrait, ce serait que le fédéral s’assoit sur tous ces efforts qu’on fait jour après jour pour essayer de sécuriser les besoins d’urgence et laisser perdurer le conflit.»

À la même date l’année passée, on avait 98 % du maïs grain qui avait été récolté au Québec. Aujourd’hui, selon les régions, le chiffre se situe entre 30 % et 60 %, a indiqué M. Lamontagne.

Pourparlers

Du côté d’Ottawa, on assure travailler d’arrache-pied pour mettre fin à la grève des travailleurs du CN qui est à la source de la pénurie de propane. La solution négociée entre le syndicat et la partie patronale est toujours la voie envisagée. En coulisses, on indique que les parties sont en pourparlers 20h par jour, en compagnie du négociateur en chef du fédéral. Les trois ministres fédéraux qui s’occupent du dossier seraient mis au courant des développements très régulièrement. Il s’agit du ministre des Transports Marc Garneau, de la ministre du Travail Filomena Tassi et de la ministre des Affaires intergouvernementales Chrystia Freeland. 

«La ministre du Travail, Filomena Tassi et le ministre des Transports, Marc Garneau, ont tous deux été en contact avec la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada et le CN pour les encourager à continuer de négocier», s'est contenté d'indiquer l’attachée de presse de la ministre Tassi.

Le Parti conservateur réclame une loi spéciale. Par ailleurs, les députés Luc Berthold et Jacques Gourde participaient à la manifestation à Montréal. Le Bloc québécois et le Nouveau parti démocratique seraient en désaccord avec cette solution.

Propane rationné 

La ministre Lamontagne affirme avoir passé du temps sur le terrain auprès des producteurs agricoles, vendredi et samedi. Tout le propane qui a été trouvé sera distribué. 

Le train de propane annoncé vendredi par le ministre des Ressources naturelles Jonatan Julien devait arriver lundi au Québec, mais les producteurs de grains ne pourront en bénéficier, puisque ce propane n’ira qu’aux situations urgentes.

«On a une demande à 6 millions de litres par jour, et on est en rationnement à deux millions et demi de litres. Seulement pour le séchage du grain, les producteurs auraient besoin de trois millions et demi de litres chaque jour», a précisé le ministre. 

Toutefois, le bien-être animal semble assuré : les éleveurs auront droit aux 300 000 litres de propane nécessité pour l’élevage de bêtes quotidiennement. 

Par ailleurs, l’impossibilité de récolter les grains fait en sorte que les fosses à purin se remplissent, et qu’il est impossible pour les producteurs de l’épandre tant que les grains ne sont pas récoltés. 

«C’est la quadrature du cercle», dénonce le ministre.

Dans la même catégorie