/news/politics

Québec veut s’attaquer au vapotage

Agence QMI

La ministre de la Santé, Danielle McCann, veut resserrer la réglementation entourant l'usage des produits de vapotage notamment l’offre de saveurs, leurs taux de nicotine et leur accessibilité et s’engage à présenter des mesures en ce sens dès l’an prochain.  

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a été mandaté pour piloter un groupe d’intervention dont l’objectif sera de proposer des mesures pour lutter contre le tabagisme et le vapotage, a-t-elle annoncé par voie de communiqué lundi.  

Formé de représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), ce groupe entendra plusieurs partenaires dont le Réseau du sport étudiant du Québec, le Conseil québécois sur le tabac et la santé et la Société canadienne du cancer, notamment.  

L’encadrement des saveurs, du taux de nicotine permis et de l’accessibilité des produits de vapotages sera entre autres examiné et un rapport contenant des recommandations doit être déposé au plus tard en avril prochain, a précisé le MSSS.  

Pour sa part, Horacio Arruda a adressé plusieurs mises en garde à la population québécoise concernant les risques de vapoter. Les jeunes, les femmes enceintes, les non-fumeurs et les anciens fumeurs doivent s’en abstenir, recommande-t-il.  

Les utilisateurs de produits de vapotage doivent surveiller l’apparition de symptômes de maladies pulmonaires comme la toux, l’essoufflement ou la douleur thoracique, suggère aussi le directeur national en santé publique.  

Cette annonce survient alors qu’un troisième cas de maladie pulmonaire grave lié aux produits de vapotage au Québec a été confirmé par le MSSS le 14 novembre dernier. Aux États-Unis plus de 2000 cas de maladies pulmonaires liées au vapotage ont été signalés au courant des derniers mois.  

La Coalition québécoise pour le contrôle du tabac a salué cette volonté de la ministre Danielle McCann tout en saluant la mise en garde concernant le vapotage. Celle-ci reflète «le constat de plus en plus évident que les liquides de vapotage sont beaucoup moins sécuritaires qu’ont laissé entendre les fabricants, les commerçants et même Santé Canada, jusqu’à tout récemment», estime la directrice de la Coalition, Flory Doucas.  

«La hausse continue du vapotage chez les jeunes de même que les incidents récemment répertoriés ici et aux États-Unis soulèvent certaines pratiques commerciales qui mettent en danger la santé des consommateurs ou qui encouragent le vapotage juvénile et appellent les gouvernements à agir de toute urgence», ajoute-t-elle.

Dans la même catégorie