/regional/sherbrooke/estrie

La famille Batalla-Charris de Sherbrooke doit plier bagage

TVA Nouvelles

Une famille colombienne établie à Sherbrooke depuis 5 ans n’a d’autre choix que de quitter le pays mercredi le 27 novembre pour retourner en Espagne, pays vers lequel ils ont transité avant de demander l’asile au Canada.

À LIRE ÉGALEMENT

Une famille colombienne de Sherbrooke sera expulsée

Le sursis, qui leur avait été accordé en octobre dernier, vient à échéance cette semaine.

Normando Charris, le père de famille de 3 enfants, espère toujours recevoir un appel qui pourrait changer le cours des choses.

«Penser que ces gens-là doivent plier bagage et retourner en Espagne, c’est sûr qu’humainement ça vient tous nous chercher» affirme Élisabeth Brière, députée de Sherbrooke.

La famille s’était réfugiée à Sherbrooke en 2015, après une escale en Espagne, fuyant les violences de leur pays.

 «C’est très important pour les personnes qui veulent venir s’établir au Canada d’entrer par la bonne porte» rappelle Marie-Claude Bibeau, Ministre et députée de Compton-Stanstead. «On s’attache aux gens qui se sont bien intégrés dans la communauté et on voudrait les garder. On est en pénurie de main-d’œuvre et je comprends la situation.» ajoute-t-elle.

Carolina Batalla, émue, souhaite revenir au Canada et demander son statut permanent. «Si nous devons partir, nous allons partir. Mais nous allons continuer. On va avoir la résidence pour venir ici, encore» lance-t-elle, sanglotant.

«C’est incompréhensible ce qui arrive. Je comprends qu’il y a des lois et des règles à suivre» a commenté le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, qui implore Ottawa d’agir.

«Je demande aujourd’hui un sursis d’au moins 6 mois pour revoir leur documentation» a martelé Steve Lussier à la caméra de TVA Nouvelles.