/news/law

Un adolescent perd son seul testicule à la suite d’un diagnostic erroné

Agence QMI

Stethoscope head lying on medical form on clipboard pad

megaflopp - stock.adobe.com

Un jeune réfugié syrien a perdu son seul testicule et est devenu stérile à la suite d’un mauvais diagnostic effectué dans une clinique de Laval en 2016.

Le docteur Cristian Lucian Budeci a été reconnu coupable au début octobre par le Conseil de discipline du Collège des médecins de ne pas avoir élaboré son diagnostic avec la plus grande attention, de ne pas avoir suivi les méthodes scientifiques appropriées, de ne pas avoir recouru aux conseils de spécialistes et d’avoir omis de diriger le patient vers un confrère.

Le médecin avait accueilli cet adolescent de 14 ans avec ses parents à la clinique XpressDoc Laval en août 2016. Le jeune se plaignait de vive douleur à son seul testicule. Il n’en avait qu’un en raison d’une malformation héréditaire.

Lors de ses examens, Cristian Lucian Budeci exclut la possibilité que le jeune ait subi une torsion testiculaire, ce qui s’avère être l’erreur centrale dans cette affaire. Il diagnostique plutôt une orchiépididymite, soit une forme d’inflammation d’un testicule. Il lui prescrit un antibiotique, de l'acétaminophène (Tylenol) et de l'ibuprofène (Advil).

Le docteur ne contacte pas un urologue concernant ce patient et demande à l’adolescent de revenir le voir deux jours plus tard.

Lors de cette nouvelle consultation, Cristian Lucian Budeci constate que le cas du jeune syrien s’est aggravé. Le patient est alors envoyé à l’urgence où il est opéré rapidement, car son seul testicule présente une «nécrose hémorragique diffuse et sévère». Il est ainsi retiré, ce qui le rend stérile.

Le retard dans le diagnostic concernant la torsion testiculaire a anéanti les possibilités de sauvegarder le testicule de l’adolescent. Cependant, il n’est pas certain à 100 % qu’un diagnostic approprié aurait permis de le sauvegarder.

Avec du recul lors des audiences au Conseil de discipline, le médecin a reconnu son erreur en mentionnant qu’un examen physique du patient était insuffisant pour exclure la torsion testiculaire au profit d’une orchiépididymite. Il a souligné qu’il s’agissait du seul cas semblable rencontré dans sa carrière.

Il estimait que son erreur ne constituait pas une faute disciplinaire, une interprétation que le Conseil de discipline a rejetée dans son jugement en le déclarant coupable.

Les auditions pour la sanction à imposer à Cristian Lucian Budeci auront lieu en mars prochain.