/finance/homepage

Air Saguenay cesse ses activités

Kate Tremblay | TVA Nouvelles

La fin de la chasse aux caribous et une série d'accidents mortels ont eu raison du transporteur aérien de brousse Air Saguenay, qui brassait des affaires depuis 40 ans.

Son président, Jean Tremblay, a choisi de mettre la clé sous la porte et de mettre en vente tous ses actifs. Des acheteurs potentiels sont déjà en vue, a-t-il affirmé.

M. Tremblay a blâmé Québec pour ses difficultés financières qui l'ont forcé à jeter l'éponge. «Je me retire la tête haute et fier de ce que j'ai accompli, a-t-il affirmé en conférence de presse mercredi après-midi. Je suis juste très amer des mauvaises décisions politiques qui ont été prises.»

Plus précisément, M. Tremblay en veut au gouvernement du Québec, qui a décidé de mettre fin à la chasse aux caribous, il y a deux ans.

«En fermant la chasse aux caribous, c'était une mort annoncée pour Air Saguenay», a souligné le président de l'entreprise.

Des alternatives

Ainsi, les quelque 400 villégiateurs et les 40 pourvoyeurs qui faisaient affaire avec la compagnie devront se chercher un autre moyen d'accéder au nord. Air Saguenay possède 10 bases aériennes qui permettent aux avions de se ravitailler.

Pour sa part, le gouvernement Legault s'est montré rassurant, en faisant valoir qu'il existe d'autres options pour les chasseurs et les voyageurs de tous acabits.

«Air Creebec et Air inuit continuent de desservir les différentes destinations dans le Grand Nord. [...] Il y a d’autres joueurs de disponibles.On va discuter avec tout ce bon monde pour être capable de trouver des pistes de solution et approvisionner les pourvoiries», a souligné le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

Le chef par intérim du Parti libéral, Pierre Arcand, a appelé le gouvernement Legault à intervenir pour aider Air Saguenay.

«C’est un créneau important pour la région, il va falloir qu’il y ait des investisseurs qui se rencontrent et trouvent des solutions», a quant à lui affirmé le député de Jonquière et candidat à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault.

Lourdes pertes

Le chiffre d'affaires de l'entreprise, qui emploie une centaine de personnes en tenant compte de ses trois pourvoiries, était de 10 millions $ en 2011, comparativement à 3,8 millions $ cette année.

Malgré ses multiples interventions, le gouvernement ne l'a jamais soutenu, a prétendu M. Tremblay. «La seule aide que [l'ancien premier ministre libéral Philippe] Couillard nous a donnée, c'est de faciliter un emprunt de 300 000 $ pour que la compagnie Air Saguenay soit capable de partir ses opérations pour l'année 2018.»

L'écrasement d'un appareil appartenant à Air Saguenay en juillet dernier au Labrador a aussi motivé sa décision de mettre un terme aux opérations. M. Tremblay a fait valoir que cet accident aurait fait bondir sa facture d'assurance, en admettant qu'il serait parvenu à se trouver un assureur.

Avec la collaboration de Charles Lecavalier, Journal de Québec