/regional/sherbrooke/estrie

La Ville d’Asbestos change de nom

TVA Nouvelles

 Après des années de débats, la Ville d’Asbestos, qui veut dire amiante en anglais, changera de nom en raison de la perception négative qui lui est associé. 

 Un responsable du développement industriel en visite dans une ville américaine s’est fait refuser sa carte d’affaires en raison du nom «Asbestos». Difficile en effet pour des représentants de cette municipalité de l’Estrie de se présenter devant des clients anglophones pour offrir leurs expertises et services. 

 Ainsi, «il a été convenu par le conseil municipal de la Ville d’Asbestos qu’il est favorable de changer le nom de la municipalité. Le mot « Asbestos » n’ayant malheureusement pas une bonne connotation, particulièrement dans les milieux anglophones, il constitue un frein dans la volonté de la Ville de développer des relations économiques à l’extérieur», peut-on lire sur le site web de la municipalité. 

 «C’est donc en gardant en tête la volonté de la municipalité d’être dynamique autant sur le plan citoyen qu’économique que la décision de changer de nom a été prise.» 

 Chargé d’histoire 

 L’amiante fait toutefois partie de l’Histoire de cette municipalité de 6826 résidents située dans la MRC Des Sources. 

 La mine Jeffrey, d’où était extrait l’amiante, a fermé en 2012. Le minéral y a été extrait de 1881 à 2011. 

 Pendant 130 années, Asbestos a produit une grande partie de l’approvisionnement mondial en amiante, un produit maintenant interdit dans de nombreux pays, dont le Canada depuis 2018, en raison de ses effets néfastes sur la santé. 

 Au milieu du 20e siècle, plus de 2000 personnes y travaillaient, et la mine représentait le principal moteur économique de l’endroit. 

 Entre 1975 et 1980, «il était [même] dangereux de vivre dans certaines parties de la ville en raison des roches projetées de la carrière pendant le dynamitage», peut-on lire sur le site de l’Encyclopédie canadienne. 

 La mine Jeffrey était la plus importante mine d’amiante à ciel ouvert. 

 Les citoyens mécontents 

 TVA Nouvelles est allé à la rencontre de citoyens dans un restaurant de la municipalité, mercredi matin. 

 Les avis étaient partagés concernant le changement de nom, mais plusieurs se disent fortement attachés au nom qui, malgré sa connotation négative, est chargé d’histoire. 

capture d'écran | TVA Nouvelles

capture d'écran | TVA Nouvelles

 «Si ça peut attirer plus de touristes, tant mieux. L’amiante aux États-Unis, ça fait peur», explique une dame. «C’est super stupide de changer un nom de ville de même! Qu’il la ferme la ville, qu’ils fassent comme à Murdochville», déploraient d’autres citoyennes. 

 «J’ai pensé que ça deviendrait une ville fantôme à un moment donné.» 

 «Sont stupides, mais c’est comme ça», raconte un homme qui a travaillé 42 ans dans l’amiante. 

 Lors du départ de TVA Nouvelles de l’endroit, tous les gens réunis se sont mis à discuter entre eux de ce changement de dénomination qui risque de marquer les esprits. 

 Le nouveau nom sera annoncé en 2020 lors d’un événement rassembleur, précise la municipalité.