/news/politics

Andrew Scheer s’accroche à son poste de chef

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le chef conservateur Andrew Scheer s’accroche à son poste malgré les appels qui se multiplient pour réclamer sa démission.

«J’ai l’appui de mon équipe, de notre caucus et de millions de Canadiens qui veulent [déloger] ce gouvernement», a-t-il martelé, jeudi, dans un premier point de presse en plus de deux semaines.

Comptant résister à la grogne jusqu’à ce que l’ensemble des membres conservateurs statue sur son sort, en avril prochain, il a annoncé qui dirigera son caucus en Chambre à compter de jeudi prochain.

Pourtant, de nombreux ténors conservateurs ont récemment dit qu’il vaudrait mieux que M. Scheer quitte bien avant pour partir la tête haute et pour assurer de meilleurs résultats à la prochaine élection fédérale.

«Ce n’est pas le temps pour les chicanes internes politiques. On doit rester concentrés», a lancé M. Scheer en rejetant du revers de la main ces critiques.

Jenni Byrne, ex-directrice de campagne de l’ancien premier ministre Stephen Harper, a toutefois dit à CBC que la décision du chef conservateur de s’accrocher à son poste n’était ni dans l'intérêt supérieur de celui-ci ni dans celui du parti.

Le sénateur québécois Claude Carignan croit que la situation ne fera qu'empirer pour M. Scheer et que l'effet de distraction nuira à l'efficacité des conservateurs en Chambre.

«Une opposition qui n’est pas efficace bénéficie au gouvernement en place, le renforce, et donc ça peut, à plus long terme, nuire aux résultats [électoraux]», a-t-il dit en entrevue avec l'Agence QMI.

Alain Rayes, qui brillait par son absence aux côtés du chef, jeudi, a été reconduit comme lieutenant politique pour le Québec.

Le député de Richmond-Arthabaska a évité de dire clairement s’il soutenait son chef et s’est contenté de réitérer qu’il reviendra aux membres du Parti conservateur du Canada, au congrès d'avril 2020, de trancher sur l’avenir politique de M. Scheer.

«Ce serait mentir de dire qu’il n’y a pas une insatisfaction au Québec, a-t-il convenu. Elle est aussi ailleurs au Canada. Il n’y a pas de cachette par rapport à ça.»

Appelé à dire s’il croyait que M. Scheer bénéficiait d’un soutien suffisant pour conserver la chefferie, il a répondu «bonne question». D’ailleurs, son chef n’a pas voulu préciser, jeudi, quel pourcentage d’appui il croit devoir obtenir au congrès d’avril.

Seule l’ex-libérale Leona Alleslev, passée chez les conservateurs avec fracas en septembre 2018, accompagnait M. Scheer pendant son annonce.

C’est cette députée ontarienne qui remplacera Lisa Raitt, défaite à l’élection du 21 octobre, comme chef adjointe.

Mme Raitt a reconnu en entrevue au «National Post» qu’il y avait un «consensus grandissant» au sein des troupes conservatrices pour dire que M. Scheer n’était pas un leader «assez fort», même si elle maintient que celui-ci mérite une autre chance.

- avec Raymond Filion, TVA Nouvelles

Dans la même catégorie