/finance/homepage

C'est la fin pour le restaurant Mikes de la rue Saint-Jean

Diane Tremblay | Journal de Québec

CAPTURE D'ÉCRAN, GOOGLE MAPS

Semaine difficile dans le milieu de la restauration à Québec. Après l’annonce de la fermeture du Ashton sur la Grande Allée, c’est maintenant au tour du restaurant Mikes de la rue Saint-Jean d’annoncer la fin de ses activités, le 5 janvier prochain. Les raisons invoquées sont la pénurie de main-d’œuvre et le coût du loyer.

Après 43 ans d’histoire, l’établissement cessera définitivement ses activités.

«C’est très simple, c’est une transaction commerciale. On vend le fonds de commerce. On était rendu à passer à autre chose», a affirmé Christian Demers, propriétaire.

«Le restaurant était très profitable, sauf qu’avec les années, la conjoncture des loyers dans le secteur et la pénurie de main-d’œuvre nous ont amenés à un choix où il était préférable pour nous de vendre tout simplement», a-t-il expliqué.

Avant cette transaction, M. Demers possédait deux restaurants Mikes dans la région. Il reste propriétaire de l’établissement situé au coin du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue Bouvier.

Selon lui, la bannière Mikes, qui appartient au Groupe MTY depuis 2017,  va «très bien». L’offre sur le menu est renouvelée continuellement pour tenir compte des préférences des clients.

«Sur la rue Saint-Jean, on n’a pas vendu parce qu’on n’avait pas des bons chiffres. On connait une belle augmentation cette année. On était à un point où il fallait rénover et on était rendu à renégocier notre bail. Le loyer allait augmenter», a ajouté M. Demers.

«On a analysé les pour et les contre. On a jugé que c’est plus judicieux de s’en aller tout simplement.»

La rue Saint-Jean a accueilli le premier restaurant Mikes de Québec. M. Demers en était le propriétaire depuis près de 14 ans. Les employés ont été informés, il y a environ un mois. Ceux qui le désirent pourront être relocalisés dans d’autres restaurants de la chaîne.

Un nouveau restaurant s’installera dans le local qui est adjacent à l’hôtel Manoir Victoria. Le restaurant Chez Boulay, qui serait le nouvel acquéreur, a mentionné qu’il n’était pas prêt à dévoiler ses projets pour le moment.