/news/law

Frappé violemment au Festival de Saint-Tite, il obtiendra 230 000$ de son agresseur

Catherine Pellerin et Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

Un homme qui a reçu un violent coup de pied au visage lors du festival western de Saint-Tite en 2015 recevra un dédommagement de la part de son agresseur. 

Martin Caron, qui avait intenté une poursuite civile en septembre, a eu gain de cause. Au palais de justice de Shawinigan jeudi matin, le juge a condamné Marc-André Paquin à lui verser 230 000$. La victime et sa famille le poursuivaient au civil pour 326 000$.

Après s’être retrouvé dans le coma pendant 7 jours, Martin Caron a été hospitalisé pendant 70 jours. Il avait alors subi un grave traumatisme crânien. 

La victime vit avec des séquelles permanentes de l’agression du 18 septembre 2015. Il a dû arrêter de travailler pendant environ 1 an et demi.

Il a pu démontrer également que sa famille a subi de lourds préjudices. C’est pourquoi le juge a décidé que sa mère, sa sœur et la succession de son père recevront respectivement 19 000$, 8 000$ et 15 000$ de la part de Marc-André Paquin. 

Rappelons qu’en février 2018, son agresseur a été condamné à 12 mois de prison pour voies de fait graves. 

Lors du procès, le déroulement des évènements avait été précisé. Après une altercation verbale entre les deux hommes lors du Festival, Martin Caron s’était penché pour amasser une peluche qu’il avait gagnée. 

Marc-André Paquin, également ivre, en avait profité pour lui botter la tête, «qu’on m’a décrit à la manière d’un botté de football», a dit le juge Simon Ricard. Il avait ensuite fui les lieux.

Dans la même catégorie