/news/politics

La CAQ ne respecte pas son engagement envers les parents adoptants

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Dans sa réforme des congés parentaux, le gouvernement Legault ne remplit pas entièrement sa promesse envers les parents adoptants, qui réclamaient l’équité avec les parents d’enfants biologiques.       

Le ministre Jean Boulet a déposé jeudi un projet de bonification du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP).      

Les familles dont les pères s’impliquent auprès de leur nouveau-né bénéficieront de quatre semaines de congés parentaux de plus, comme l’a révélé notre Bureau parlementaire.     

Les couples pourront étendre leurs congés parentaux sur une période d’un an et demie, ce qui leur permettra notamment de retourner progressivement au travail.      

Les parents de jumeaux auront également droit à des semaines de prestation additionnelles. Cinq semaines de congés supplémentaires pour les mères, même chose pour les pères.     

Mais contrairement à son engagement électoral, le gouvernement Legault n’assure pas l’équité de traitement entre les parents biologiques et les parents qui adoptent des enfants, qui auront droit à un maximum de 52 semaines de congés payés.     

«Oui, un gouvernement de la CAQ augmentera le nombre de semaines de prestations pour les parents adoptants afin que ces derniers bénéficient des mêmes avantages que les parents biologiques, c’est-à-dire 55 semaines au lieu de 37», pouvait-on pourtant lire dans une lettre acheminée à la présidente de l’Association des parents adoptants du Québec durant la dernière campagne électorale.     

«Promesse brisée!»   

Pour la députée péquiste Véronique Hivon, cette décision est totalement «injuste» et démontre que le ministre Boulet a un «biais» en faveur des familles biologiques.      

Photo Simon Clark

«C’est une promesse brisée!, a déploré l’élue de Joliette, elle-même mère adoptive. Les enfants adoptés ont le droit d’avoir une présence aussi constante et pour une période aussi longue que les enfants biologiques, (...) surtout quand on sait que les enfants adoptés arrivent dans leur famille avec un bagage généralement très imposant de défis particuliers, défi d’attachement, défi d’adaptation, défi en santé, défi relié aux traumatismes qu’ils ont vécus».     

Un constat que partage le député solidaire Alexandre Leduc, qui réclame des modifications en ce sens au projet de loi caquiste.     

Photo Simon Clark

Impact physiologique de l’accouchement     

Mais pour le ministre de l’Emploi, les impacts physiologiques d’une grossesse et d’un accouchement ne doivent pas être négligés. Jean Boulet estime qu’en accordant trois semaines de congés de moins aux parents adoptants, il est équitable.     

Selon lui, si on accordait 55 semaines de prestation aux parents d’enfants adoptés, il y aurait «un potentiel de discrimination envers les parents biologiques».     

«Il faut tenir compte de la réalité des parents biologiques, particulièrement de la mère qui porte l’enfant, qui a la période de grossesse et l’accouchement. Cette personne-là doit composer avec des effets physiologiques que les parents adoptants n’ont pas à gérer», a-t-il insisté.     

Situation très inhabituelle, le ministre Boulet a choisi de faire l'annonce officielle de cette réforme des congés parentaux à Trois-Rivières, dans sa circonscription. L'opposition dénonce ce geste, qui transforme un projet de loi qui s'adresse à toutes les familles du Québec en mesure partisane.     

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Dans la même catégorie