/regional/montreal/laurentides

Une véritable «frontière» dans sa cour

TVA Nouvelles

Un citoyen de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dans les Laurentides, se retrouve isolé par la construction d’une digue aux allures de vraie frontière.   

Ladite digue, dont une partie a cédé pendant les inondations du printemps 2019, se voit maintenant dotée de palplanches, d’imposantes tiges métalliques qui seront éventuellement enfoncées dans le sol pour renforcer la structure.    

En cas d’inondation, la maison de Frédérick Labelle se trouve toutefois maintenant du mauvais côté du «mur». Le citoyen se demande bien pourquoi on n’a pas contourné sa résidence.   

«C’est comme le mur de Berlin! L’année prochaine, je vais sûrement être inondé encore», explique le citoyen qui a été frappé par les importantes crues de 2017 et 2019.  

Depuis une semaine, celui qui réside sur la 20e avenue doit aussi effectuer un long détour par le chantier pour atteindre son entrée.   

Frédérick Labelle a tenté d’obtenir du soutien auprès de Sylvie D’Amours, députée de sa circonscription, afin de rectifier la situation. Il n’a pas fait de démarches auprès de la municipalité de Sainte-Marthe-sur-le-Lac parce que «ça ne marche pas avec eux», dit-il.  

Pas de modifications des travaux 

La Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac n'a pas l'intention de modifier les travaux pour contourner la maison de Frédérick Labelle. 

Elle affirme que ce dernier a acheté sa résidence en 2002, sachant qu'elle se trouvait en zone inondable. 

La Ville dit avoir sensibilisé M. Labelle à imiter son voisin et abandonner le secteur en acceptant les indemnités du gouvernement du Québec. 

Pour contourner sa résidence, cela entrainerait des coûts importants ce qui n'est pas prévu comme scénario. 

Au moment d’écrire ces lignes, ni le bureau de Sylvie d’Amours ni CIMA+, l’entrepreneur chargé des travaux sur la digue, n’avaient retourné les appels de TVA Nouvelles.   

 

Dans la même catégorie