/regional/quebec/quebec

Pas de patinoire cet hiver à la place Jean-Béliveau

Jean-Luc Lavallée | Journal de Québec

La Ville de Québec a décidé de faire une croix sur l’aménagement d’une patinoire extérieure à la place Jean-Béliveau, cet hiver, estimant que l’expérience des deux dernières années n’a pas été concluante.  

L’administration Labeaume prévoit ainsi épargner 310 000$ en 2020, apprend-on à la lecture des documents budgétaires qui sont présentement à l’étude par les élus à l’hôtel de ville.

Le maire Régis Labeaume n’exclut pas de revenir à la charge avec une patinoire au pied du Centre Vidéotron, dans le futur, mais il reconnaît que la Ville aurait peut-être dû attendre que le secteur soit mieux aménagé avant d’offrir ce service, à partir de l’hiver 2017-2018, qui a finalement été boudé par les citoyens.

«On l’a fait peut-être un peu tôt, mais avec les développements qu’on souhaite sur ce site-là, ça va peut-être redevenir très pertinent de le faire», a-t-il exposé lors d’un comité plénier en matinée, vendredi.      

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a questionné la directrice du Bureau des grands évènements, Catherine Chénier, au sujet de l’abandon du projet. «Je me souviens, lors de l’annonce en septembre 2017, ça avait été annoncé par M. Labeaume comme un grand évènement; les gens viendraient, il y aurait du pond hockey, un tailgate avant le match des Remparts potentiellement... Qu’est-ce qui a fait que ça n’a pas marché?»      

«On a réalisé deux constats: premièrement, au moment où on l’a fait, Le Grand Marché n’était pas encore ouvert, a répondu Mme Chénier. Il y a aussi une offre assez importante de surfaces glacées dans le même secteur, donc il semblerait que les gens continuaient d’aller à la Pointe-aux-Lièvres, à Saint-Odile puis à Gérard-Marchand.»

«La réflexion qu’on fait actuellement, c’est de voir si la patinoire aide la place à se développer ou si elle est une entrave à son développement en hiver. L’écoulement des eaux, suite à la fonte, ça nuit au passage piéton, donc c’est toute la cohabitation de ça qu’il faut réévaluer, donc on vous propose de voir comment les gens qui vont au Marché cet hiver s’approprient la place. Ça n’empêche pas qu’on fasse d’autres évènements», a-t-elle ajouté.