/finance/homepage

L’empire québécois du dépanneur qui n’en finit plus de grossir

Pierre Couture | Journal de Montréal

Aujourd’hui, le réseau des dépanneurs et des stations-service de Couche-Tard s’étend à travers le monde.

Photo courtoisie

Aujourd’hui, le réseau des dépanneurs et des stations-service de Couche-Tard s’étend à travers le monde.

Mise au monde avec un seul dépanneur à Laval, en 1980, la chaîne Couche-Tard gère aujourd’hui plus de 16 000 établissements dans plus de 27 pays de la planète.  

Après les États-Unis et l’Europe, le géant québécois du dépanneur Couche-Tard cherche maintenant à étendre son empire en Asie, en passant par l’Australie.    

Couche-Tard a déposé cette semaine une offre de 7,8 milliards $ CA pour acquérir plus de 2000 dépanneurs et stations-service du groupe australien Caltex.     

Cet achat permettrait surtout à Couche-Tard d’établir son camp de base en Asie pour doubler sa taille d’ici 2023.    

Il faut dire que c’est à coup d’acquisitions stratégiques que le cofondateur de Couche-Tard, Alain Bouchard, a bâti sa multinationale du dépanneur.    

En 1985, c’est en achetant 11 dépanneurs Couche-Tard de la région de Québec que son réseau a pris véritablement forme avec le nom que l’on connaît aujourd’hui.    

Au fil du temps, Couche-Tard a notamment avalé les chaînes Perrette, Provi-Soir, 7-Jours, Winks, Mike’s Mart, Becker’s, Circle K, Kangaroo Express, Corner Store, Dépanneur du coin, Bigfoot, Dairy Mart, Statoil, Ingo et Topaz.    

Et les investisseurs, qui sont demeurés fidèles à Couche-Tard depuis son entrée en Bourse au milieu des années 80, en ont également eu pour leur argent    

Un investisseur qui avait acheté 1000 $ d’actions de Couche-Tard en 1986 a vu son placement multiplié par 650. Aujourd’hui, cet investissement vaut plus de 650 000 $.    

La recette  

La recette Couche-Tard, qui peut sembler simple, ne l’est toutefois pas. La direction de l’entreprise est d’ailleurs reconnue pour son contrôle rigoureux des coûts, alors que sa marge bénéficiaire nette s’élève sous les 4 %.    

« Couche-Tard maîtrise bien l’art de convertir les ventes à la pompe en ventes alimentaires à l’intérieur d’un magasin », note le professeur en distribution alimentaire de l’Université de Dalhousie, Sylvain Charlebois.    

Car les ventes d’essence dans ses dépanneurs représentent tout près de 50 % du chiffre d’affaires de la multinationale.     

Couche-Tard réussit donc à « séduire » ses clients par l’essence, pour ensuite les faire entrer dans ses dépanneurs modernes et leur vendre d’autres produits, comme du café, des cigarettes, de l’alcool, des boissons gazeuses, de la nourriture et autres, sous forme d’un guichet unique.    

Couche-Tard est également reconnue pour sa structure de gestion décentralisée qui permet d’accélérer les prises de décisions de ses gestionnaires.    

Lorsque Couche-Tard achète une autre entreprise, elle met aussitôt les talents de l’équipe de gestion au service du groupe pour lancer de nouvelles initiatives.    

Couche-Tard est ainsi vue comme un modèle pour intégrer et marier les cultures d’organisations, rappelle le professeur Charlebois.    

Couche-Tard vise 100 milliards $ de revenus d’ici 2023    

La direction de Couche-Tard met la barre haute avec son objectif d’atteindre des revenus annuels de 100 milliards $ US d’ici 2023.    

Selon le professeur en administration à l’Université Laval, Yan Cimon, la rigueur de l’équipe de gestion de Couche-Tard et sa discipline sont des atouts pour faire doubler le chiffre d’affaires de l’entreprise d’ici quatre ans.    

L’an dernier, Couche-Tard a vu ses revenus atteindre 59 milliards $ US alors que les profits ont dépassé 1,8 milliard $ US.    

Avec l’acquisition des quelque 2000 dépanneurs de Caltex en Australie, le professeur Cimon croit que Couche-Tard aura enfin son pied-à-terre pour bâtir un réseau solide en Asie-Pacifique.    

D’ici quatre ans, la moitié des nouveaux revenus (25 milliards $ US) proviendront des acquisitions alors que la croissance interne fera le reste.    

La direction de Couche-Tard dit avoir identifié 23 initiatives dans ses dépanneurs pour dégager plus de 25 milliards $ US de revenus annuels supplémentaires d’ici 2023.    

Avec de nouveaux produits alimentaires dans ses dépanneurs, Couche-Tard pourrait ainsi dégager de meilleures marges bénéficiaires et augmenter considérablement ses revenus, croit l’analyste de Desjardins Marchés des capitaux, Keith Howlett.    

Plus de 16 000 dépanneurs et stations-service dans le monde    

Amérique du Nord    

  • 11 150 dépanneurs et stations-service    
  • Pays : Canada, États-Unis, Mexique, Costa Rica    
  • Bannières : Couche-Tard, Circle K, Mac’s, Holiday, Corner Store        

Europe   

  • 2700 dépanneurs et stations-service    
  • Pays : Danemark, Estonie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pologne, Russie et Suède    
  • Bannières : Circle K et Ingo        

International   

  • 2150 dépanneurs et stations-service    
  • Pays : Arabie saoudite, Cambodge, Chine, Égypte, Émirats arabes unis, Guam, Honduras, Hong Kong, Indonésie, Macao, Mongolie, Nouvelle-Zélande et Vietnam    
  • Bannière : Circle K        

Australie   

  • 2000    
  • Offre d’achat de 7,8 milliards $ pour 2000 dépanneurs et stations-service de Caltex        

  

Alain Bouchard  

Alain Bouchard

Photo Chantal Poirier

Alain Bouchard

  • Cofondateur de Couche-Tard    
  • Âge : 70 ans    
  • Fonction : président du c.a.    
  • Fortune personnelle : 4,3 milliards $ US    
  • Dixième fortune au Canada        

Ce qu’il a dit...  

« On va continuer à faire des acquisitions stratégiques au bon moment et aux bons prix » – 18 septembre 2019  

« Je vais dans un restaurant, je compte le nombre de places et je peux dire si c’est payant ou pas selon l’achalandage » – 11 octobre 2017  

« Nous appliquons les principes suivants pour obtenir du succès avec notre personnel : nous les respectons, nous les formons et nous leur faisons confiance » – 14 mars 2000  

Couche-Tard en chiffres         

  • Nombre d'employés : 133 000   
  • Nombre de clients par jour : 9 millions   
  • Revenus annuels : 59 G$ US  
  • Valorisation boursière : 49 G$  
  • Profits nets : 1,8 G$ US    

Dates importantes   

1980 : Ouverture du premier Couche-Tard à Laval, Québec    

1986 : Entrée à la Bourse de Montréal    

En 1985, Alain Bouchard fait l’acquisition de 11 dépanneurs de la région de Québec portant la bannière Couche-Tard.

Photo Courtoisie

En 1985, Alain Bouchard fait l’acquisition de 11 dépanneurs de la région de Québec portant la bannière Couche-Tard.

1997 : Achat des 300 dépanneurs Provi-Soir au Québec    

2001 : Première percée aux États-Unis. Achat de 225 dépanneurs Big Foot.    

2012 : Percée en Europe. Achat de 2306 dépanneurs StatOil.    

2015 : Lancement de la bannière globale Circle K

Dans la même catégorie