/finance/homepage

1400 employés de l’usine Paccar placés en lock-out

Agence QMI

Environ 1400 employés de l'usine de camions Paccar, située à Sainte-Thérèse, ont été mis en lock-out dimanche à la suite de l'expiration de leur contrat de travail.

Le lock-out est entré en vigueur à minuit et une, dimanche, a confirmé la porte-parole d'Unifor, Marie-Andrée Lemieux.

Cette décision a été prise par l'employeur même si un vote est prévu lundi au sujet d'une potentielle entente entre les deux partis, a souligné la porte-parole. L'employeur met de l'avant une politique du «pas de contrat, pas de travail» en vertu de laquelle personne ne travaille tant qu'aucune convention collective n'est signée.

Google Street View

Google Street View

«On est rendu habitué», a soupiré Martin Lambert, représentant national chez Unifor, en soulignant que c'est la troisième fois que Paccar décrète un lock-out depuis qu'elle a acquis l'usine de Sainte-Thérèse. La dernière fois, les employés avaient été mis à pied à la fin du mois de novembre 2014. Le conflit s'était rapidement résolu avec l'adoption d'une offre patronale le 2 décembre 2014.

Les négociations en vue de l'adoption de la prochaine convention collective, amorcées en septembre dernier, achoppent surtout sur la question de la gestion du fonds de retraite et sur des points liés aux assurances collectives, a mentionné M. Lambert.

Une offre patronale a été rejetée vendredi dernier par 61 % des employés syndiqués, ce qui laisse entrevoir que les deux partis ne sont pas loin d'une entente. Les négociations se sont poursuivies samedi et une nouvelle offre devrait être soumise aux travailleurs lundi.

Paccar est un géant américain de la fabrication de camions derrière les marques Kenworth et Peterbilt, ainsi que DAF en Europe. Il possède des usines en Amérique du Nord, en Australie, et en Europe.

L'usine implantée à Sainte-Thérèse produit des camions de marque Kenworth et Peterbilt.