/regional/montreal/montreal

Fermeture du plus grand musée militaire de Montréal

Guillaume Cyr | 24H

Guillaume Cyr / 24H / AGENCE QMI

Le plus grand musée militaire sur l'île de Montréal a fermé ses portes car le bâtiment qui l'abritait était devenu vétuste et devra être démoli. Selon le ministère de la Défense nationale, qui administre l'établissement, cette fermeture est temporaire.

«On prévoit que le musée reprendra graduellement ses opérations à l’été 2020, une fois qu’un concept aura été achevé et mis en œuvre», a indiqué Andrée-Anne Poulin, du bureau des relations avec les médias du ministère.

Selon les informations données par Mme Poulin, le musée restera sur le terrain de la Garnison Montréal, mais des expositions semi-permanentes seront aussi offertes à travers le pays.

Le Musée de la logistique des Forces armées canadiennes est situé sur la base militaire de Garnison Montréal, en plein cœur du quartier Longue-Pointe, à l'angle des rues Hochelaga et Langelier, dans l’est de la ville.

Le musée a modifié son mandat en 2010 et a été rebaptisé le Musée de la logistique des Forces canadiennes afin de préserver et de promouvoir l’histoire du Service royal de la logistique du Canada, officiellement établi en 1968.

Au départ, le musée de la logistique des Forces canadiennes avait ouvert ses portes dans les années 1960 et a été accrédité en 1973 en tant que Musée du Corps royal canadien des magasins militaires.

Bénévoles déçus

Depuis le 20 septembre dernier, le musée est fermé aux visiteurs, ce qui a déçu plusieurs bénévoles, dont Michel Brault, qui a peur de voir les 13 000 artefacts de l’établissement être définitivement entreposés.

«Rien n'assure qu'un nouveau bâtiment sera construit pour le musée», souligne-t-il.

M. Brault n’est pas certain de voir à nouveau les artefacts dans un musée de la logistique des Forces canadiennes, lui qui a peur que plusieurs objets des anciens combattants restent non seulement en entrepôt, mais aussi que le musée soit réservé seulement à l'interne et non au public, malgré ce qu'assure le ministère de la Défense nationale.

Vieille construction

Ce sont principalement des raisons financières qui poussent le ministère à cesser de tenir un musée dans cet édifice, a expliqué Mme Poulin. «Il est difficile d’entretenir les immeubles plus vieux; ils représentent une dépense de temps et d’argent qu’il serait plus efficace d’investir ailleurs. C’est pourquoi nous axons nos investissements sur les propriétés qui répondent aux besoins opérationnels des Forces armées canadiennes, en regroupant les actifs ayant des fonctions similaires et en utilisant efficacement l’espace et le territoire», a-t-elle résumé.

Le bâtiment accueillant le musée était déjà temporaire à la base, lors de sa construction en 1941, a ajouté Mme Poulin.