/sports

Opération au poumon: Guy Lafleur a eu de la chance, dit une experte

TVA Nouvelles

Guy Lafleur a été opéré récemment pour un cancer au poumon, deux mois seulement après avoir subi une quintuple pontage; deux opérations majeures en peu de temps.

L'ancien joueur du Tricolore âgé de 68 ans a été opéré le 28 novembre dans le but de retirer le lobe supérieur de l'un de ses poumons ainsi que l'ablation de ganglions.

Guy Lafleur, qui se trouve toujours à l'hôpital, devrait être en mesure d'obtenir son congé dans les prochains jours, d'après un communiqué des Canadiens du Montréal paru dimanche après-midi.

À LIRE ÉGALEMENT

Guy Lafleur opéré pour un cancer

Guy Lafleur opéré avec succès au coeur

En entrevue à LCN, la pneumologue spécialiste en oncologie Catherine Labbé admet que Guy Lafleur a eu de la chance, même si elle n’aime pas particulièrement utiliser cette expression dans le cas de cancers.

«70% des cancers du poumon sont trouvés quand il est trop tard et à un moment où la chirurgie n’est plus une option et où on n’a plus d’espoir de guérison» explique Dr. Labbé

Quand on trouve un cancer comme celui-là par ‘’hasard’’ seulement parce qu’on fait une radiographie pour une autre raison c’est certain que c’est une ‘’chance’’.

Un cancer asymptomatique

La particularité du cancer du poumon est l’absence de symptômes.

«Quand les cancers du poumon deviennent très avancés, certains symptômes peuvent apparaitre comme un essoufflement, la toux, crachats de sang, etc.» affirme la pneumologue.

Les dépistages, la solution?

D’après la Dr. Labbé, il s’agit d’une question complexe à laquelle il y a peu de réponses.

«On n’a jamais pu prouver qu’une radiographie pulmonaire faite de façon régulière chez la population générale pouvait dépister les cancers à un stade moins avancé» explique-t-elle.

Par contre, des études récentes démontrent que les «scanners» faits à des gens «bien particuliers» (des fumeurs entre 55 et 74 ans ou d’ex fumeurs entre autres) une fois par année peuvent réussir à dépister un cancer à un stade moins avancé.

L’entrevue intégrale avec la Dr. Catherine Labbé se trouve ci-haut.