/news/currentevents

Un «shower» se termine en sanglante fusillade

Agence QMI

Un «shower» de bébé qui se tenait tardivement dans l’arrondissement d’Anjou, à Montréal, samedi soir, s’est terminé dans le sang lorsqu’une personne a été abattue et trois autres blessées lors d’une fusillade.

Peu après minuit, des coups de feu ont été entendus aux alentours d’une salle de réception du boulevard Parkway, à proximité de la rue Jarry, en plein quartier industriel.

Des témoins ont confié à TVA Nouvelles que les suspects se seraient approchés de la salle de réception à bord d'un véhicule, auraient baissé leur fenêtre et ouvert le feu vers l'édifice, avant de prendre la fuite.

Trois hommes et une femme ont été blessés au cours de la fusillade.

L’une des victimes, un homme de 31 ans, avait été transportée à l’hôpital dans un état critique. Il a finalement succombé à ses blessures au cours de la nuit, devenant ainsi la 17e victime de meurtre de l’année sur le territoire du Service de police de la Ville de Montréal, a souligné l'agent Raphaël Bergeron.

Par ailleurs, un homme de 32 ans et une femme de 31 ans ont été gravement blessés, mais ils se trouvaient dans un état stable dimanche matin.

Un homme de 25 ans s’en est, pour sa part, tiré avec des blessures mineures.

Les événements se sont déroulés dans le cadre d’un «shower» de bébé, ont indiqué des témoins.

Les employés d'un restaurant voisin de la salle de réception ont eu droit à une bonne frousse. «Ils ont entendu la fusillade et ils ont quitté les lieux pour se sauver. Ils n'ont rien vu de ce qui s'est passé. Ils ont eu peur», a confié le propriétaire de l'établissement, Filippo Iacono.

Ce dernier a été surpris par l'événement. «Il n'y a jamais quelque chose qui s'est passé dans ce coin-là. C'est vraiment tranquille», a-t-il ajouté.

Aucun détail n’a été donné sur le ou les tireurs, ni sur les motifs qui pourraient expliquer cette fusillade.

De nombreux enquêteurs des Crimes majeurs, de l’Identité judiciaire et de l’Unité canine ont été envoyés sur place pour tenter de tirer cet événement au clair. «Ça va être une longue enquête de rencontrer tous les témoins et toutes les victimes», a toutefois tempéré l’agente Caroline Chèvrefils, porte-parole pour le SPVM, en entrevue à TVA Nouvelles dimanche matin.