/news/politics

La caquiste Joëlle Boutin ravit le château fort libéral de Jean-Talon

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

La caquiste Joëlle Boutin a finalement remporté l’élection partielle dans Jean-Talon avec une majorité de plus de 4200 voix, ravissant du même coup un château fort aux libéraux, qui y dominaient depuis 1966.

Avec plus de 43 % des votes exprimés, Joëlle Boutin devient ainsi la 76e députée caquiste à l’Assemblée nationale.

Il s’agit d’un dur coup pour le Parti libéral du Québec, qui perd son tout dernier siège à l’est de Montréal.

« C'est une victoire historique, je l'ai rêvée et puis ça arrive maintenant », a déclaré la nouvelle élue, en s’adressant à ses militants rassemblés dans un bar sportif.

Elle a prévenu ses collègues du caucus caquiste qu’elle sera une « députée proactive extrêmement déterminée » à faire avancer ses dossiers.

« Québec est libérée des libéraux », s’est réjoui à son tour le premier ministre François Legault. « Aujourd'hui, elle a fait basculer Jean-Talon », a ajouté le chef caquiste.

« Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'ai une petite impression de déjà-vu ce soir », a réagi juste avant lui la vice-première ministre Geneviève Guilbault, en faisant référence à sa première victoire dans le comté voisin de Louis-Hébert, en 2017.

Les libéraux chauffés par QS

Dès l’apparition des premiers résultats, vers 20h30, Joëlle Boutin s’est retrouvée en première position sans ne jamais la perdre.

Au final, celle qui travaillait depuis un an comme directrice de cabinet du ministre Éric Caire a devancé la candidate libérale Gertrude Bourdon avec une majorité considérable de près de 4208 votes.

À titre comparatif, le député libéral démissionnaire Sébastien Proulx l’avait emporté avec une majorité de moins de 1400 votes aux dernières élections générales.

La véritable lutte s’est jouée en début de soirée pour la deuxième position entre Mme Bourdon et le candidat de Québec solidaire, Olivier Bolduc.

En fin de course, celui qui a fait campagne contre le projet de tunnel Québec-Lévis s'est classé troisième avec environ sept points derrière les libéraux.

Un vote pour le pouvoir

Devant ses militants rassemblés dans un brouepub du boulevard Laurier, visiblement dépité, le chef libéral par intérim, Pierre Arcand, a assuré que le choix de sa candidate n’était pas à blâmer pour cette défaite.

« Les gens ont décidé de voter pour le gouvernement. Les gens veulent avoir un député qui est plus près du pouvoir. Visiblement, la lune de miel de la CAQ n’est pas terminée. »

« Je vous dis à la prochaine fois. J’ai décidé d’être militante pour le parti libéral alors je vais continuer de m’impliquer », a indiqué à son tour Mme Bourdon, le trémolo dans la voix.

« Les résultats de ce soir, c’est clair, ne sont pas ceux qu’on espérait », a avoué pour sa part Manon Massé, en disant que l’avenir se jouera dorénavant entre la vision de la CAQ et celle de QS.

« Je ne baisserai jamais les bras, maintenant, il me reste une chose à vous dire : à 2022 », a lancé M. Bolduc.

Le candidat péquiste Sylvain Barrette a quant à lui récolté un maigre 9 % des votes, soit six points de moins qu’en 2018.

Près d'un électeur sur deux a exercé son droit de vote lors de cette élection partielle, comparativement à 75 % l'an dernier dans Jean-Talon.

— Avec Jérémy Bernier

Résultats à 23h50

Joëlle Boutin – Coalition avenir Québec : 43,38 % 9950 votes +4208 majorité

Gertrude Bourdon – Parti libéral du Québec: 25,03 % 5 742 votes

Olivier Bolduc – Québec solidaire : 16,95 % 3 888 votes

Sylvain Barrette – Parti québécois : 9,32 % 2 137 votes

Taux de participation préliminaire : 49,18 %