/news/society

Québec annonce une aide pour les agriculteurs en détresse

TVA Nouvelles

Québec va débloquer 300 000 $ pour prévenir la détresse psychologique chez les producteurs agricoles et leur famille. Une mesure qui arrive à point nommé après une année particulièrement difficile.   

De nombreux agriculteurs et leurs proches ont vécu de l’anxiété, du stress et de la dépression, notamment en raison des conditions météorologiques, mais également à cause d’autres facteurs, comme la pénurie de propane et les embargos américains ou chinois. 

«Cette année, ils ont commencé des semaines plus tard [à cause du froid et de la pluie]. Après ça, on a eu une sécheresse au mois d’août, après ça on a eu les grands vents, la neige et la cerise sur le sundae, on a une grève du CN qui fait en sorte qu’ils ne peuvent pas récolter», a expliqué le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne. 

«Ils n’ont plus de points de repère, c’est là qu’ils dérivent et qu’ils commencent à avoir des difficultés. Aujourd’hui, on leur dit qu’on les entend, qu’on vient les aider», d’ajouter le ministre Lamontagne. 

Des membres de l’organisme «Au cœur des familles» agricoles vont se rendre chez les agriculteurs afin d’attester de leur état. Ils pourront ensuite les aider ou encore les diriger vers d’autres ressources. Ces «travailleurs de rang» peuvent être des diplômés en travail social ou en intervention sociale qui connaissent très bien le monde agricole, a précisé l’organisme. 

L’enveloppe pour cette année vise à aider des agriculteurs des régions de Chaudière-Appalaches, de la Mauricie, de l’Estrie, du Saguenay, de la Montérégie et du Centre-du-Québec. 

L’objectif est toutefois d’amener de l’argent supplémentaire pour les années à venir afin d’aider encore plus d’agriculteurs. 

«Nous voulions absolument, cette année, faire un pas, donner un signal important, dire aux agriculteurs "nous allons nous occuper de vous ". Nous allons travailler très fort pour que ça devienne récurrent à partir de l’année prochaine», a affirmé la ministre de la Santé, Danielle McCann, qui était aussi présente lors de l’annonce. 

Un problème sérieux 

Selon l’Union des producteurs agricoles (UPA) près de la moitié des agriculteurs du Québec ressentent une détresse psychologique à un moment ou à un autre de leur vie. Un producteur sur dix dit avoir eu des pensées suicidaires au cours de la dernière année. 

Pour le président de l’UPA dans le Bas-Saint-Laurent, Gilbert Marquis, les sommes annoncées lundi par Québec sont largement insuffisante pour répondre à la demande. 

«300 000$ en 1920 je dirais que ça pourrait faire la job, mais on est à l’aube de 2020, je pense que c’est un début et on espère que ce sera des montants récurrents», a-t-il lancé.Avec les informations de Katia Laflamme