/news/politics

Congés pour les parents adoptants: le ministre Boulet rectifie le tir

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Devant la pression populaire, le gouvernement Legault rectifie le tir et promet d’offrir le même nombre de semaines de congés payés aux couples qui adoptent des enfants qu’aux parents biologiques.«On s’entend sur l’objectif d’avoir une égalité entre les parents biologiques et les parents adoptifs, maintenant, c’est du temps additionnel, c’est des semaines de congés additionnelles qui sont compensées et ça, j’ai l’intention de respecter ça», a affirmé mardi le ministre jean-Boulet, cinq jours après le dépôt de son projet de réforme du RQAP.

En campagne électorale, les troupes de François Legault promettaient d’offrir 55 semaines de congés payés aux couples qui adoptent un bambin, c’est-à-dire la même chose que ce qui est accordé aux parents biologiques.

Mais le projet de loi caquiste prévoit un maximum de 52 semaines de congés payés pour les parents qui adoptent à l’étranger, et seulement 42 semaines pour les couples qui adoptent des enfants du Québec.

«Nous allons respecter l’engagement pris par la CAQ», a insisté le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Jean Boulet est toutefois resté évasif sur la forme que prendront les congés additionnels offerts aux parents adoptants.

À l’extérieur du RQAP

Mais son chef François Legault a précisé que les semaines de plus accordées aux parents adoptants ne proviendront pas du RQAP.

«Selon les avocats, on ne peut pas mettre le même nombre de semaines pour les parents adoptants que pour les parents biologiques. Il y aurait un risque important de poursuite, a souligné le premier ministre. On va trouver un autre moyen à l’extérieur du RQAP de donner aux parents adoptifs le même nombre de semaine que les parents biologiques».

Un pas dans la bonne direction

Les représentants des parents adoptants, de même que la députée Véronique Hivon, ont salué le changement de cap de la CAQ en faveur d’une pleine reconnaissance de l’égalité du droit des enfants, qu’ils soient adoptés ou biologiques. «On a franchi des pas importants», a convenu la péquiste, elle-même mère adoptive.

La députée de Joliette a toutefois précisé que les couples d’enfants adoptés ne veulent pas seulement «des équivalences», mais bien des mesures identiques aux parents biologiques. «Il faut que ce soit la même durée de prestations, le même nombre de semaines, avec le même niveau de remplacement du revenu», a-t-elle insisté.

Dans la même catégorie