/news/society

Guignolée des médias: de gros besoins en Estrie

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

À deux jours de la guignolée des médias, les organismes communautaires de l’Estrie lancent un appel à la générosité, car contrairement à certaines régions du Québec, en Estrie, les besoins sont à la hausse.  

Le Bilan-Faim Québec 2019 révèle que dans certaines banques alimentaires du Québec, comme en Mauricie et à Granby, le nombre de visites dans les dépannages alimentaires est en baisse. Cependant, on ne dénote pas cette tendance en Estrie. Au contraire, le nombre de visites chez Moisson Estrie est passé de 3 952 en 2018 à 5 706 en 2019.  

Le nombre total de personnes aidées a toutefois baissé de 18 785 à 13 737.  

« On voit de plus en plus de personnes seules, de salariés qui ont besoin de nos services. Les programmes gouvernementaux pour soutenir les familles ont eu un bel effet, mais les personnes seules sont souvent oubliées», explique la directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté.  

La moitié de l’argent amassé à la guignolée des médias ira à cet organisme.  

«Cet argent va servir à acheter des choses comme des céréales, du café, du pain, de la mayonnaise et du dentifrice, ce qu’on appelle ici nos produits de luxe. C’est notre réalité », indique Mme Côté.  

Ce jeudi matin, les membres des médias et des bénévoles seront postés à différents coins de rue à Sherbrooke pour recueillir les dons en argent et en denrées alimentaires.  

Les denrées, elles, seront destinées à la Fondation Rock-Guertin. Là-bas, on se prépare à regarnir les tablettes.  

«Encore cette année, notre objectif est de rejoindre 2 275 familles, ce qui représente 13 000 boîtes de nourriture», explique Denis Fortier, directeur général de la fondation.