/news/law

Trop délinquant pour retrouver sa liberté

Jonathan Tremblay | Le Journal de Montréal

Un criminel qui a pris part au détournement d’un hélicoptère lors de la spectaculaire évasion de la prison de Saint-Jérôme devra purger le reste de sa peine en maison de transition, car il présente toujours un « risque élevé de récidive violente ».  

Billi Beaudoin, 33 ans, a obtenu sa libération d’office aux deux tiers de sa peine lors de sa récente audience devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC), mais sous des conditions spéciales, à cause de sa dangerosité.  

Le délinquant a été assigné en maison de transition jusqu’à l’expiration de sa peine, prévue au printemps 2021, en déduisant sa détention provisoire, et ce, à son grand désarroi.  

Selon la décision, Beaudoin aurait préféré demeurer détenu dans un établissement à sécurité maximale plutôt que de séjourner dans une telle maison.  

Billi Beaudoin a mis à exécution un plan d’évasion de deux détenus de la prison de Saint-Jérôme, en mars 2013, en prenant en otage un pilote d’hélicoptère à l’aide d’un complice armé.

Capture d’écran

Billi Beaudoin a mis à exécution un plan d’évasion de deux détenus de la prison de Saint-Jérôme, en mars 2013, en prenant en otage un pilote d’hélicoptère à l’aide d’un complice armé.

Encadrement strict  

La CLCC a évalué, en s’appuyant sur les recommandations du Service correctionnel du Canada, que Beaudoin nécessitait « un encadrement strict », que seule une maison de transition peut offrir.  

« Votre parcours criminel n’a connu aucune période significative d’accalmie, a tranché la Commission. Vous n’êtes pas considéré comme engagé dans votre planification correctionnelle. »  

Le criminel purgeait depuis trois ans sa deuxième peine fédérale, d’une durée de 55 mois.  

Le 17 mars 2013, il a détourné un hélicoptère avec un complice afin d’aider deux détenus, Benjamin Hudon-Barbeau et Dany Provençal, à s’évader de la prison de Saint-Jérôme. Pour s’y prendre, ils avaient un pilote traumatisé en otage, que le partenaire de crime de Beaudoin a menacé avec une arme à feu.  

Les quatre individus avaient par la suite forcé l’atterrissage et pris la fuite. Ils avaient tous été interceptés dans les jours suivants.  

Intimidant, harcelant et violent  

Depuis, l’homme qui a connu ses premiers de nombreux démêlés judiciaires à seulement 13 ans aurait conservé un comportement réfractaire, comme en témoignent plus de 200 rapports disciplinaires cumulés depuis avril 2017.  

La Commission soutient que ses niveaux de motivation et de potentiel de réinsertion sociale sont faibles. Les professionnels qui l’évaluent font état d’un pronostic sombre, « d’une délinquance bien enracinée », et d’une attitude « intimidante, harcelante et violente » envers quiconque.  

Une évaluation psychologique l’an dernier a aussi conclu qu’il présentait « un risque élevé de récidive violente », et de nombreuses caractéristiques d’un trouble de personnalité antisociale.  

Beaudoin a fait subir de graves sévices aux victimes de ses nombreux délits, relate la CLCC. Il a souvent brisé ses conditions de libération, en plus d’avoir un problème de toxicomanie.  

– Avec Éric Thibault