/news/politics

30 M$ pour protéger le patrimoine immobilier québécois

Alain Laforest | TVA Nouvelles

La démolition de la maison Boileau à Chambly en novembre 2018, rare témoin de l’époque des patriotes, en 1837-1838, avait semé la consternation partout au Québec. La ministre de la Culture avait été avisée de la situation alors qu’il ne restait que des ruines.   

Afin d’éviter ce genre de situation, TVA Nouvelles a appris que le gouvernement Legault annoncera jeudi un programme de subvention de 30 millions afin de protéger le patrimoine immobilier.  

«Le patrimoine bâti, c'est une ressource non renouvelable, c'est notre héritage et ça fait la beauté du Québec, affirme la ministre de la Culture Nathalie Roy. Le gouvernement veut donner les moyens pour que les municipalités protègent les bâtiments qui ont un intérêt patrimonial qui ne sont pas protégés par la loi sur le patrimoine culturel, comme le monastère de Berthierville qui fait l’objet d’un avis d'intention de classement du ministère de la Culture actuellement.  

Le programme que va annoncer Québec permettra aux municipalités de se regrouper pour embaucher des spécialistes qui feront l'inventaire des bâtiments construits avant 1975 qu’on devrait protéger.   

«Les agents de développement en patrimoine immobilier seront là pour faire un inventaire, pour qu'on nous dise attention cette maison, même si la Ville de Chambly ne l'a pas protégée, la MRC considère qu'elle a une valeur patrimoniale, il faudra en prendre soin. Le salaire des agents sera subventionné à 50% par le gouvernement du Québec», souligne la ministre qui rappelle qu’il n’existe aucun inventaire du patrimoine immobilier québécois.  

Programme pour les particuliers aussi   

Ce programme répondra aux attentes des municipalités, autres que Québec et Montréal, qui ont déjà des statuts particuliers. Une fois l’inventaire fait, un particulier pourrait demander de l’aide si sa maison répond aux critères.   

«Les immeubles qui ne sont pas nécessairement classés ou cités ou déclarés pourraient être admissibles à recevoir de l'argent pour faire de la restauration, des fenêtres, des portes, de la toiture», ajoute la ministre.  

Les municipalités réclamaient une action  

En septembre, la Fédération des municipalités du Québec réclamait une intervention de Québec. «À chaque fois qu'on avait l'impression qu'on devait démolir, c'était toujours le bâtiment que tout le monde aurait voulu sauver. Il y a eu plusieurs cas, dont Chambly et Magog», rappelle le président de la FQM Jacques Demers.   

«C'est d'avoir des gens qui ont l'expertise, qui sont capables avec nous de déterminer qu'est-ce qui est notre patrimoine», conclut M. Demers.   

L’annonce devrait répondre à leurs attentes.    

Dans la même catégorie