/finance/homepage

Ciment McInnis: un projet insensé économiquement, selon François Legault

Charles Lecavalier | Journal de Québec

PHOTO D'ARCHIVES

La Caisse de dépôt cherchait à minimiser ses pertes en remettant 150 M$ dans Ciment McInnis cet été, même s’il s’agit d’un projet insensé économiquement, a expliqué François Legault.

• À lire aussi: La Caisse a investi 150 M$ avec les Beaudoin-Bombardier malgré plusieurs drapeaux rouges

«Le problème est depuis le début, lorsque le PQ et le PLQ ont accepté d’investir dans ce projet qui ne fait pas de sens économiquement. Maintenant l’usine est construite, on va l’exploiter», a dit le premier ministre mercredi. 

M. Legault a toujours été un ardent critique de la cimenterie bâtie en Gaspésie, financée en grande partie par de l’argent public. Il s’agit également du projet industriel le plus polluant de l’histoire du Québec. 

L’érection du complexe a subi de nombreux dépassements de coûts. M. Legault indique que «la valeur de l’entreprise a beaucoup diminué par rapport aux investissements totaux de la Caisse et du gouvernement » et que son gouvernement «a refusé d’ajouter des fonds à risque dans ce projet». «De son côté, la Caisse essaie de minimiser ses risques, de minimiser ses pertes», a-t-il souligné. 

Drapeaux rouges 

Cet été, la Caisse de dépôt a réinjecté 150 millions $ dans Ciment McInnis aux côtés de la famille Beaudoin-Bombardier, malgré les nombreux drapeaux rouges brandis par les experts de l’institution en matière de risques, a révélé le Journal

Sur huit risques identifiés par les spécialistes de la Caisse, cinq sont à un niveau «élevé». Les experts de la Caisse ont soulevé que l’entreprise traînait une dette de 800 M$ considérée comme «élevée, particulièrement pour une entreprise en rodage dans une industrie cyclique». 

McInnis pourrait se retrouver en difficulté financière en cas de récession, alors que ses projections économiques «ne semblent pas tenir compte d’un éventuel ralentissement économique», un scénario jugé plausible par la Caisse. 

Rentable, selon Fitzgibbon 

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon a soutenu que la Caisse n’avait toutefois pas le choix d’investir davantage. «On fait quoi ,la? On ferme l’usine?», a-t-il lancé aux reporters. 

Les millions décaissés par la CDPQ ont été utilisés pour «accélérer la hausse de la production de ciment», a soutenu M. Fitzgibbon. «Il faut comprendre que McInnis avait 1,2 million de tonnes de production, et ils devaient atteindre 2,2 millions de tonnes pour être opérationnellement rentables». 

«C’est un investissement défensif, mais requis pour permettre à l’usine d’atteindre sa capacité maximale. À la capacité maximale, au prix d’aujourd’hui, c’est une usine qui est rentable», a-t-il ajouté. 

Il reconnait toutefois que «le rendement sur l’investissement ne sera pas aussi bon que ce qui était anticipé à l’origine».

Dans la même catégorie